pink-pepper-1670771_960_720

La baie rose en parfumerie

La baie rose est le fruit du Schinus molle, un arbre originaire d’Amérique du Sud. Connu également sous le nom de “faux poivrier”, il fait partie de la famille des Anacardiacées. Il doit son appellation à ses fruits secs, à l’apparence de petites baies roses rappelant celles du poivre que l’on connaît. Son huile essentielle est utilisée aussi bien en parfumerie qu’en médecine. Découvrez avec nous la baie de rose et ses atouts olfactifs.

 

Le Schinus molle en médecine traditionnelle

 

Faux poivrier, poivrier odorant, peu importe le nom qu’on lui donne, cet arbre était très aimé des Incas, lesquels lui prêtaient de grandes propriétés curatives. Chaque partie du Schinus était employée en médecine traditionnelle. Le suc de l’arbre était utilisé comme collyre pour soigner les maux de l’oeil.  Les baies étaient utilisées en décoction pour soulager les troubles urinaires et de la vessie. Quant à l’écorce, on utilisait son eau de cuisson pour soigner les douleurs aux jambes. Même les feuilles et la résine du Schinus molle étaient utilisées en médecine. Elles étaient réputées pour faciliter la cicatrisation des ulcères et  des plaies. Les rameaux eux, étaient utilisés par les Incas pour soigner leurs problèmes bucco-dentaires. Il n’est d’ailleurs pas rare de voir encore aujourd’hui les herboristes des Andes introduire le Schinus molle dans leur pharmacie.

L’huile essentielle de baies roses

 

L’huile essentielle de baies roses est obtenue par distillation des baies. Ces petits grains que l’on retrouve également dans nos assiettes pour agrémenter les plats, ont de nombreuses propriétés curatives. Antibactérienne, expectorante, tonifiante, chauffante, elle est très prisée des sportifs. Elle permet de soulager les courbatures, les tendinites et les douleurs musculaires et elle prépare les muscles à l’effort. Ses vertus expectorantes en font un excellent expectorant en cas de rhume car elle dégage efficacement les voies respiratoires. En diffusion, l’huile de baies roses est aussi préconisée en cas de baisse de régime, de stress et d’anxiété.

 

La baie rose en parfumerie

Son odeur rehausse les plats, son parfum frais et délicat  est exquis, si bien qu’il a conquis aussi bien les gastronomes que les parfumeurs. Cet arôme épicé intense qui se dégage des baies roses apporte au parfum toute sa force et sa puissance.

Caractéristiques olfactives de la baie rose

 

L’huile essentielle de baies roses est utilisée en parfumerie pour ses notes boisées, douces, fraîches, et épicées. Elle rappelle gracieusement le poivre en toute légèreté. Son parfum intense transporte dans un univers captivant dès la première note. On retrouve cette huile essentielle dans les parfums orientaux, floraux et boisés-épicés. Elle apporte à chaque fragrance une facette bien particulière. Elle peut se faire sensuelle et candide, pétillante et capiteuse, chaude et capiteuse. Son parfum épicé et subtil permet d’équilibrer les jus.  Elle se marie parfaitement avec le Santal, le Pin et le Cèdre, tout comme elle ravive à merveille les notes florales de Jasmin et de Vanille.

 

 

Parfumeries de niche et sélective ont mis à l’honneur les baies roses dans leurs créations.  Dar Al Musc n’a pas dérogé à la règle et les a également invitées dans  ses flacons, car il est difficile de se passer de ses notes épicées et boisées sans s’en éprendre .  Dark Amber et Terra Rossa sont des parfums pétillants et addictifs, où les baies roses délivrent toute leur chaleur et leur sensualité. Conquis par leurs atours ? Qu’attendez-vous donc pour les tester ?

 

boswellia-sacra-1590063_960_720

L’encens en parfumerie

L’encens est le nom donné à cette résine que l’on récolte sur le Boswellia, un arbrisseau typique  de la Corne d’Afrique. Cette sève de couleur blanchâtre que l’on prélève du tronc de l’arbre par incision, dégage une odeur sans pareil. On retrouve cette merveille en Afrique et en Asie. Fumigation, thérapie et parfumerie, zoom sur l’encens et ses propriétés.

Les origines de l’encens

L’encens est une substance résineuse et blanchâtre issue de l’arbuste Boswellia, une espèce de la famille des  Burséracées qui pousse en Somalie, en Inde et dans le sud de l’Arabie. L’encens se présente sous forme de lames blanches et odorantes qui, une fois durci, change de couleur pour libérer une odeur agréable. Il est récolté à la main et séché pour être commercialisé. La qualité de l’encens dépend de sa couleur et son terroir ; le meilleur étant celui d’Oman.

L’encens à brûler

Depuis l’Antiquité, l’encens est brûlé en guise d’offrande aux divinités en Inde et dans d’autres pays. Il était aussi utilisé pour l’embaumement en Egypte.  Il est brûlé sous différentes formes, en bâtonnet, en cône, en grains. Pour se délecter des effluves de l’encens, il est préférable de l’utiliser en grain, car non seulement la fumigation est plus lente et moins nocive, mais en plus il est plus naturel que les autres.

 

Parfumer son intérieur avec de l’encens

L’encens à brûler existe sous différentes formes ; en copeaux, en bâtonnets ou en cônes. Ce parfum est très agréable et on aime beaucoup parfumer nos intérieurs de Oliban. Il est tout de même important de savoir que tous les encens ne se valent pas. Ceux que l’on retrouve sur le marché sont souvent de piètre qualité et très mauvais pour la santé. Ils contiennent des pesticides, sont bourrés de solvants et d’autres produits chimiques. L’encens exhale un parfum qui invite à la méditation, au repos, à l’évasion olfactive. Un foyer où est brûlé l’Oliban est un foyer qui respire la sérénité. Il n’est pas une contrée d’Asie ou d’Afrique, qui n’ait pas goûté aux plaisirs de l’encens…Choisissez-le donc avec soin et précaution.

 

Les propriétés thérapeutiques de l’encens

L’utilisation de l’Oliban s’étend également à la médecine. Anti-inflammatoire, cicatrisant, antifongique, antibactérien, l’encens fait partie des médecines traditionnelles chinoise et indienne.  Cette résine sous forme de grains permet de soigner l’arthrose, l’arthrite, l’asthme, la maladie de Crohn et le cancer. L’encens soulage aussi les douleurs intestinales et articulaires, ainsi que les problèmes respiratoires. Il possède également des propriétés purifiantes et apaisantes pour la peau. L’huile essentielle d’encens, en diffusion, est calmante, déstressante et stimulante. Elle est préconisée en cas d’état dépressif et de tensions nerveuses.

 

L’encens en parfumerie

C’est la note fétiche de la parfumerie de niche. Les plus grands nez en sont complètement amoureux. Indémodable, mystérieux et envoûtant, l’encens est une matière première incontournable. C’est le roi des parfums d’Orient et il est aujourd’hui employé dans la parfumerie occidentale pour rehausser les flacons. On l’aime pour toutes ces facettes qui habillent élégamment les parfums. Il faut dire que l’encens a cette faculté d’apporter à lui seul tout le luxe, le charme, la sensualité, la chaleur, la puissance masculine. Les grands créateurs en usent et en abusent.

 

Impérial, grandiose, vibrant et addictif, l’encens est une note à laquelle l’on s’est attaché cette dernière décennie. Cette résine définitivement orientale incarne la noblesse et l’authenticité avec grâce et finesse. L’Orient est riche en effluves aussi enivrants les uns que les autres. Ses résines sont des sources inépuisables d’inspiration. Dar Al Musc vous invite à un voyage olfactif depuis chez vous, avec Mousafir, Suprême Oud, Safran fruité et Vintage

civette

La civette en parfumerie

Il existe six grandes matières premières animales en parfumerie.  Parmi elles, on compte la civette, le castoréum, le musc, l’hyraceum, la cire d’abeille et l’ambre. Elles font partie inhérente de l’histoire du parfum, elles ont toujours accompagné et enrichi les flacons.   Ces notes sont connues pour apporter puissance, rondeur et singularité aux fragrances. Aujourd’hui, elles ne sont plus qu’employées de manière synthétique.  Entre scandale et dépendance, zoom sur l’usage de la civette en parfumerie.

Qu’est-ce que la civette ?

La civette, que l’on appelait autrefois “chat musqué”, est un animal originaire d’Ethiopie. Elle appartient à la famille des Viverridés et est un mélange de chat et de renard. Une hybridation qui lui vaut l’appellation de chat d’Abyssinie.

Le saviez-vous ?

D’un point de vue étymologique, le mot “civette” vient de l’arabe “az-zabad”. En effet, cette espèce de chat est appelée en langue arabe “qitou az-zabad” ce qui signifie littéralement, “le chat à musc” (porteur de musc).

 

La civettone : du flacon au scandale

La civette a longtemps été capturée pour sa civettone, une substance odorante que l’on utilise en parfumerie et que l’animal secrète pour marquer son territoire. Celle-ci se trouvant dans ses glandes péri-anales, l’animal était chassé, puis élevé emprisonné dans le but de l’extraire. Malheureusement, le chat musqué était victime de mauvais traitements. En effet, pour pouvoir récolter la civette, l’on pratiquait des curetages pénibles pour l’animal. Des douleurs insupportables, une vie en captivité, tant de sévices qui ont poussé les associations de défense d’animaux à agir. Les civettes maltraitées sont sauvées des griffes de leurs bourreaux par ces dernières dans les années 70.   

 

La civette en parfumerie

La civettone, substance connue notamment sous le nom de civette, est très prisée en parfumerie. Brute,  l’odeur de la civette  est fécale, forte, voire même violente. Si elle est utilisée dans la fabrication de parfum c’est parce qu’elle est un excellent fixateur. Elle fait d’ailleurs partie des matières premières dont les nez peinent à se passer. On l’aime pour tout ce qu’elle offre au parfum. Dissoute, la civette déploie sa robe sensuelle et chaude, sa rondeur, et révèle son pouvoir fixateur.

 

De l’animal au synthétique

Récolter la civette est un travail délicat, si bien qu’autrefois, à l’état brut, elle se vendait à des prix démesurés. Une vente aux enchères qui, en plus du scandale cité plus haut, a poussé les parfumeurs à trouver une alternative aux notes animales. C’est ainsi que, depuis les années cinquante, l’on trouve la civette sous forme synthétique. Une reproduction purement artificielle, dépourvue de toute molécule animale. La chimie moderne a cette capacité de retranscrire des notes à l’identique en parfumerie. Ce fut le cas de la civette, tout comme l’ambre gris ou le musc. Une fidélité où tout le monde y gagne : l’animal est préservé et le parfumeur s’y retrouve au niveau financier.

 

 

Être parfumeur c’est partager son amour pour les bonnes odeurs mais pas à n’importe quel prix. La faune et la flore doivent être protégées, un gage de confiance afin de préserver le but premier du parfum : faire rêver, donner sans compter. Dar Al Musc se veut garant d’une collection d’effluves teintée d’amour et d’éthique.  Découvrez  Mûkhallat Bint Sudan notre fragrance  à la civettone : coup de foudre olfactif garanti !