Les hespéridés en parfumerie

Les hespéridés en parfumerie

Les hespéridés sont des parfums aux notes d’agrumes. Appréciés pour leur légèreté et leur fraîcheur, on les retrouve aussi bien dans les eaux de toilette que dans les produits d’hygiène. Bergamote, citron, orange ou mandarine, Dar Al Musc lève le voile sur la plus ancienne famille olfactive.

Qu’est-ce qu’une note hespéridée ?

Les hespéridés désignent une des sept familles olfactives que compte la parfumerie. C’est la famille des agrumes dans laquelle on compte entre autres l’orange, le citron, le pamplemousse, la bergamote, la mandarine, la limette, le petit-grain, le kumquat. Obtenues à partir des huiles essentielles extraites des zestes de ces agrumes, les notes hespéridées sont fraîches, pétillantes et toniques. Utilisée dans les eaux de Cologne depuis le XIX, la famille hespéridée est la plus ancienne famille olfactive.

On retrouve aujourd’hui dans cette famille les eaux corporelles, les eaux de soin, les eaux fraîches ; tous les parfums qui ont cette dominante d’énergie, de fraîcheur, de tonicité.

Les notes hespéridées : volatiles fraîches et légères

Les notes hespéridées sont légères et volatiles. Elles ne restent pas longtemps sur la peau, et pour que le parfum tienne, on les associe à d’autres notes. Fleurs, épices, aromates, notes de bois, muscs blancs, ces accords associés aux notes hespéridées, vont apporter un côté plus souple, plus moderne, voire plus doux au parfum. On trouvera des notes florales en notes de coeur et des notes chyprées, boisées, voire musquées, en notes de fond.

Les hespéridés et les saisons

Les parfums hespéridés se portent le plus souvent en été, voire dès l’arrivée des beaux jours, où la fraîcheur des notes vient équilibrer la chaleur estivale. Cependant, ce n’est pas une vérité générale, puisqu’ils se portent tout aussi bien en hiver, saison durant laquelle ils apportent un coup de fouet, un effet dynamisant, stimulant, euphorisant. Un rayon de soleil, du pep’s,  dans cet hiver où le temps gris ronge le moral. Peu importe la saison, les notes hespéridées sont attachantes, captivantes, si bien qu’elles ne laissent personne indifférent.

Les notes hespéridées en revue

Chaque note est différente et apporte sa touche personnelle au parfum. On a longtemps connu les mêmes notes, comme par peur d’innover. Orange, citron, pamplemousse, ou bergamote, étaient celles que l’on utilisait le plus. Aujourd’hui la donne a changé, et la parfumerie assoiffée de renouveau, s’est laissée tenter par l’exotisme de la mandarine, ou plus récemment du yuzu et du kumquat. Les notes hespéridées étant nombreuses, passons en revue les plus grandes et les plus utilisées.

Le citron : Zestée, fraîche, énergisante, éclatante, tonifiante, acidulée et typique, l’huile essentielle de citron est très employée en parfumerie, notamment dans les eaux de Cologne masculines, les parfums floraux et les eaux fraîches.

La bergamote : C‘est une note qui est plus complexe que le citron, avec des facettes florales nous rappelant étrangement la lavande. La bergamote est d’ailleurs l’agrume que l’on utilise le plus dans les parfums. Chaude, sensuelle, et raffinée, elle est LA note hespéridée de la parfumerie par excellence. Et si les parfumeurs l’apprécient, c’est parce que la bergamote a des propriétés fixatives, amalgamantes, hors pair. En effet, l’essence de bergamote assemble les arômes, les conjugue, pour ne produire qu’un seul et unique bouquet, en prenant soin de laisser chacun d’entre eux  exprimer sa singularité.

Le petit-grain : C’est une note aux multiples facettes. Pétillante, aromatique, boisée, florale, aromatique, verte, douce et amère à la fois, l’essence de petit-grain est  obtenue par distillation des feuilles et des branches de l’oranger bigarade appelé aussi oranger amer. On utilise son huile essentielle extraite des branches et des feuilles de l’oranger amer. Elle est aussi douce que le fleur d’oranger, et est un composant incontournable des eaux de Cologne et des produits pour bébés. 

Le pamplemousse : Amer, acidulé, typique, frais, sucré et éclatant, le pamplemousse est une note très utilisée dans les eaux de Cologne. L’essence de pamplemousse est si pétillante qu’elle apporte au parfum une fraîcheur inouïe.

Le yuzu : Moins connu, cet agrume aux allures de petit pamplemousse pousse en Asie.  Le yuzu est une note très prisée en parfumerie fine. Sensuel, frais, pétillant, poudré, séducteur, sucré et subtil, ses notes changeantes sont apaisantes et réconfortantes. Cet agrume venu de Chine a une odeur proche du citron vert et de la mandarine.

Le kumquat : c’est une sorte de toute petite mandarine que l’on peut manger même avec sa peau. Le kumquat, tout comme le yuzu, est utilisé en parfumerie fine. Ce « petit agrume d’or » comme il est surnommé, est très apprécié pour son odeur suave et acidulée.

Le cédrat : cet agrume de grande taille n’a aucun lien avec le cèdre. D’ailleurs, le cédrat n’a absolument pas une odeur boisée. Il pousse aux Antilles et dans les régions méditerranéennes. Le cédrat est une note exceptionnelle qui possède plusieurs facettes. Pétillant, naturel, piquant, élégant, espiègle, réconfortant, il apporte une véritable touche de fraîcheur au parfum. Ses vertus énergisantes font d’ailleurs de lui un agrume très prisé des fragrances d’été.

Krom de chez Dar Al Musc

L’hespéridé est une note appréciée de tous, c’est pourquoi il compose nombre de nos parfums. Krom en est presque  l’ambassadeur attitré. On a tous en souvenir l’odeur du fameux Chrome d’Azzaro, un parfum qui a su traverser les années de par son côté pétillant, sa fraîcheur. Réconfortant, attachant, doux, tendance, le musc Krom est un parfum qui promet vigueur et évasion. Sa pyramide olfactive est une cascade de douceur. Elle renferme des notes d’agrumes, vertes et aquatiques, ainsi que des muscs blancs en notes de tête On a un fond boisé-thé avec les notes de santal, de bois précieux, d’ambre et de maté. Racé, il n’a rien à envier au célèbre Chrome.

Les notes hespéridées n’ont plus de secret pour vous. Avec les beaux jours qui arrivent, rien de tel qu’un parfum qui pétille. Si vous êtes fans de jus frais et légers, Dar Al Musc regorge de parfums hespéridés. D’ailleurs,  le musc Krom n’attend plus que vous…

Pyramide olfactive

La pyramide olfactive.

Dar Al Musc vous tient encore et toujours au parfum, sur les rouages, les secrets les plus intimes de la parfumerie.
Après vous avoir initié au vocable utilisé pour décrire une fragrance, aujourd’hui nous vous décortiquons le parfum.
Des notes de tête aux notes de fond, avec Dar Al Musc découvrez la pyramide olfactive d’un parfum et tentez d’en faire de même avec vos flacons.

Qu’est-ce qu’une pyramide olfactive ?

On entend par pyramide olfactive la structure classique d’un parfum.
Et même si le terme revêt un caractère mystique, la pyramide olfactive désigne en parfumerie, un outil nous permettant de nous exprimer sur le parfum, de le décrire, le déshabiller, l’effeuiller.
Cette pyramide olfactive, se compose de trois parties que l’on retrouve dans chaque parfum.
Notes de tête, notes de cœur, notes de fond, laissez-vous porter par les notes crescendo.

Composition de la pyramide olfactive

Le parfum est composé de trois notes perceptibles progressivement au fur et à mesure de leur évaporation.
Les notes de tête sont plus légères et se volatilisent vite, celles de cœur sont moins volatiles et tiennent quelques minutes à deux heures, et les notes de fond persistent plusieurs jours voire des semaines sur les vêtements.
Toutes sont créées à partir de matières premières dont les molécules sont plus ou moins denses.
On emploie généralement entre 9 à 10 ingrédients pour la création d’un parfum.
Ingrédients qui se répartissent de manière égale entre les différentes notes: notes de tête, notes de cœur et notes de fond.
Il arrive tout de même parfois qu’un seul ingrédient compose chaque note.

Caractéristiques des notes

Volatiles, les notes de tête sont souvent des agrumes, des épices fraîches également, qui vont de suite mettre en exergue leurs atours, puis disparaître rapidement.
Les notes de cœur sont souvent des fleurs, à l’image du jasmin ou de la rose, ou des fruits telles que la pêche, le cassis, les fruits rouges ou encore la framboise.
Quant aux parfums pour hommes, ce seront les notes aromatiques comme le basilic et la lavande qui composeront les notes de cœur.
Si l’on nomme les notes de fond ainsi, c’est parce qu’elles marquent ce qui va rester là, sur la peau, avant que le parfum ne s’efface, pour s’éteindre totalement.
Ces notes sont la plupart du temps des bois, où le patchouli et le santal sont rois.
La vanille tout comme les notes poudrées sont également de la partie. On n’oubliera pas de citer les muscs blancs qui, en tant que fixateurs de parfum, sont excellents

Un schéma olfactif aux différentes variantes

Bien que le schéma d’une pyramide olfactive soit répétitif, d’une maison de parfum à une autre, les pyramides olfactives connaîtront des variations.
Tantôt ce seront les notes de tête qui domineront sur les notes de cœur et de fond, à l’instar des Cologne qui n’ont quasiment pas de tenue.
Tantôt, l’on trouvera des parfums, qui presque absents sur le buvard, effacés, dévoileront tous leurs charmes, se feront sentir sur la peau, et c’est le cas des parfums un brin musqués, ronds, à l’effet «doudou».

Un outil non exclusif

Bien que pratique, la pyramide olfactive n’est pas le seul moyen utilisé pour étayer un parfum, le décrire, l’éplucher.
Pour beaucoup de parfumeurs, elle est une vision théorique, une vue d’esprit.
En témoignent les cas où des parfumeurs habillent leur jus de santal ou de parfum à outrance.
On aura un parfum dont les notes se feront ressentir instantanément après vaporisation, et ce bien que ce soient des notes de fond.

Le parfum, suivant la peau qu’il pénètre, aura un sillage, une évolution différente, comme pour nous rappeler que nous sommes tous des êtres à part entière.
Notes de cœur, notes de tête, notes de fond, boisées, sucrées ou musquées, qu’importe la pyramide olfactive, pourvu que le plaisir soit au sommet.

L'évolution du parfum

L’évolution du parfum

L’évolution du parfum

Vous-mêmes avez pu remarquer qu’un parfum évoluait.
On considère 3 types de notes dans un parfum :
Les notes de tête sont les essences furtives du parfum à peine appliqué.
Elles donnent la première impression d’un parfum.

Les notes de cœur sont des essences plus fortes, apparaissant quelques minutes après l’application.

Les notes de fond sont des essences durables.
C’est l’odeur du parfum mêlée à celle de la peau.
C’est donc une senteur propre à chacun (d’où le fait qu’un même parfum sente différemment selon les personnes).
Elle apparaît environ 3h après l’application et peut persister très longtemps.