LA FEVE TONKA

La fève tonka en parfumerie

Vanillée, chaude, gourmande, la fève tonka exhale un parfum envoûtant que l’on ne saurait clairement décrire.  Elle est depuis un peu plus d’un siècle, un ingrédient emblématique de la parfumerie de luxe. Véritable précieux, cette amande enivrante est également très prisée en cuisine.  Dans les crèmes brûlées, les desserts au chocolat, ou encore les compotes, elle parfume délicatement les mets de ses notes mi-amande, mi-vanillle, mi-caramel. Capricieuse et capiteuse : quand la fève tonka fait tourner la tête des parfumeurs !

Qu’est-ce que la fève tonka ?

La fève tonka est issue du fruit du coumarou ; un arbre tropical qui ne pousse qu’en Amérique du Sud, plus précisément du Mexique au Brésil. Cet arbre endémique est l’objet de toutes les attentions. D’ailleurs, la fève tonka la plus recherchée se trouve dans une région reculée du Venezuela. Cette matière première rare est d’une richesse aromatique sans pareil, si bien que les grands parfumeurs en sont captivés depuis plus de cent ans.

Fève tonka : la capricieuse

La fève tonka est l’un des ingrédients naturels les plus raffinés de la parfumerie de luxe. Capricieuse, sa récolte est très souvent source d’appréhension et de stress. Chaque année la tension est à son comble. Les cultivateurs de la fève tonka veille sur leur protégée avec attention, car nul ne peut prédire si la récolte sera fructueuse. Récoltée de génération en génération depuis plus d’un siècle, elle est un véritable enjeu économique mais aussi environnemental, pour les habitants de cette région.  

 

Un engouement toujours plus grandissant

La fève tonka est réputée pour ses qualités olfactives. Ses notes gourmandes et animales n’ont jamais lassé les parfumeurs. Si l’amande chouchou des grands nez connaît un regain ces dernières années, c’est pour répondre à la forte demande du secteur du parfum et des cosmétiques des pays riches.

 

Du tabac au flacon

La fève tonka est indétrônable, les parfumeurs l’aiment. Et pourtant, ils ne sont pas les premiers à l’avoir utilisée. Aussi surprenant que cela puisse paraître, ce sont les fabricants de tabac qui en tombèrent amoureux bien avant les créateurs de parfum. En effet, l’arôme chaleureux et très singulier de la fève tonka ont fait d’elle un ingrédient de premier choix dans la fabrication de cigarettes.  De l’industrie du tabac à celle du parfum de luxe, les univers s’opposent totalement. Mais c’est bel et bien la parfumerie qui a su révéler les atours de la fève tonka.  

La fève tonka en parfumerie

L’extrait naturel de fève tonka est très convoité en parfumerie si bien que sa commercialisation génère des revenus pharaoniques pour les pays qui l’exportent. Son prix onéreux a poussé certains laboratoires à reproduire son odeur. Une molécule de synthèse qui viendra très vite concurrencer la fève tonka.

De la fève tonka à la coumarine artificielle

La coumarine est la molécule dominante de la fève tonka. Dès le XIXème siècle, elle sera isolée puis reproduite dans les laboratoires. Appelée coumarine artificielle ou de synthèse, cette molécule odorante est aujourd’hui présente dans plus de 90 % des parfums du marché. Même si son prix est moins coûteux que l’extrait naturel de la fève tonka et qu’elle permet de réaliser de plus grands bénéfices, elle ne remplacera jamais l’absolue de fève tonka.  Les parfumeries de niche en sont conscientes et en véritables amatrices d’ingrédients de luxe, elles continuent d’utiliser l’absolue. Une fidélité à l’amande qui s’explique par ses  qualités olfactives exceptionnelles.  

 

Les caractéristiques de la fève tonka

Un parfum est construit sur une pyramide olfactive qui comporte trois niveaux. En effet, on a d’abord les notes de tête, puis les notes de coeur, et enfin les notes de fond. La fève tonka est une note qui s’exprime en notes de coeur. Son sillage se poursuit jusqu’aux notes de fond où elle tiendra sur la peau des heures durant. Chaude et sensuelle, l’absolue de fève tonka est le plus souvent associée aux muscs, aux notes boisées, aux ambres ou encore aux notes fraîches.  Si les parfumeurs l’apprécient, c’est parce que contrairement à la coumarine qui est mono-thématique, la fève tonka a des facettes plus gourmandes, plus animales, plus vanillées. Son odeur qui rappelle allègrement l’amande, apporte au parfum une touche suave

La fève tonka recèle un secret que seuls les parfumeurs connaissent. Elle est un véritable parfum en soi. Elle exhale un parfum exceptionnel qui est de loin plus complexe, plus élaboré, plus fin que celui de la coumarine. Si l’amande du coumarou vous intrigue, Dar Al Musc vous invite à vous délecter de son parfum chaud et capiteux avec son parfum Délice de tonka.

vanilla-flower-542019_640

La vanille en parfumerie

Décriée et chérie, impalpable et adulée, telle est la Vanille. Cette épice originaire d’Amérique Centrale, ne cesse de séduire aussi bien les consommateurs que les créateurs de parfum. Et même si l’on s’emploie à détruire sa réputation, la Vanille demeure une matière première allégorique de la parfumerie. Espiègle, douce, balsamique, épicée, cuirée, la Vanille étonne et séduit encore et toujours. Dar Al Musc vous emmène aux quatre coins du monde, vous conter l’histoire de cette atypique orchidée.

Qu’est-ce que la vanille?

Arrivée il y a plus de 200 ans dans les navires de colons français à Madagascar, la vanille est cette liane verte originaire du Mexique, qui s’enroule autour d’arbres tuteurs. C’est dans cette région, au milieu de l’Océan Indien, que cette plante atypique a été insérée. La vanille est une fleur qui ressemble étrangement à une jonquille verdâtre, elle est cette orchidée vanille, cette fleur tropicale, qui a investi les forêts de Tahiti et de Madagascar. Cultivée en sous-bois, dans les zones tropicales humides,  la fleur de vanille a la particularité d’être hermaphrodite ;  l’organe mâle et femme sont abrités par la même fleur. Les fleurs blanches variées de vert, offrent un fruit mettra 8 à 9 mois pour arriver à maturité.

L’absolue de la vanille : de la gousse à l’extase

Les capsules de vanille, connues communément sous le nom de “gousses”, se présentent sous forme de baguettes fines et noires, quelque peu brillantes.  Afin d’arracher à la vanille tout son arôme, il conviendra de choyer cette épice. Sa culture et sa préparation requièrent de longs mois d’attention. C’est la raison pour laquelle la Vanille constitue l’une des épices les plus onéreuses du monde. Les gousses de Vanille sont ramassées fraîches. Ce n’est qu’après des mois et des mois de séchage, que les capsules révéleront tout leur arôme. Un processus de maturation qui peut avoisiner les 34 mois d’attente après lesquels les cristaux de vanille se forment, et le parfum des gousses se révèle. On extraira au solvant volatil les gousses de vanille, pour donner naissance à l’absolue de vanille. Un procédé qui peut paraître long, mais l’euphorie d’un fruit qui exhale le summum de son arôme, n’en sera que décuplé. Une patience que seuls les amoureux de la Vanille savent faire preuve. 

La production de vanille : l’or brun tant convoité

Aujourd’hui, la plus grosse production de vanille est assurée par l’Indonésie et Madagascar. Les pays malgaches exploitent cet or brun sans savoir que les gousses de Vanille valent 50 fois plus cher en Occident. Et aussi surprenant que cela puisse paraître, la production de la vanille n’est pas destinée aux  habitants de Madagascar, lesquels ne s’y intéressent guère. Si elle n’était par les occidentaux, ils ne trouveraient aucun intérêt à exploiter la vanille. D’ailleurs,  elle ne fait nullement partie de leur culture culinaire. Pour se rendre compte de la place qu’a la vanille dans notre mémoire olfactive, il leur faudrait presque voyager dans le temps, dans notre passé. Un périple imaginaire pour se rendre compte combien elle a marqué notre univers affectif depuis l’enfance. Et alors cette vanille si étrangère leur deviendrait familière. 

De la vanille en veux-tu, en voilà

Arbres magiques pour voitures, confiseries, yaourts, parfums, il nous monte soudain des souvenirs vanillés… S‘il y a bien un parfum qui, en plus de faire l’unanimité, marque les esprits, c’est bien celui de la vanille. Shampoings, gels douches, savons, gâteaux, glaces, eaux de toilette, la vanille est partout. En principe, puisqu’en théorie, il en est autrement. En effet, la vanille est l’arôme le plus utilisé et le plus copié également.  Arôme vanille, goût vanille, vanilline, il y a de quoi en perdre son latin

De la vanille dans l’air

Les pâtisseries industrielles, les confiseries et autres douceurs, ont un parfum de vanille.  Les grandes surfaces en regorgent, et pourtant aucun produit ne contient de la vanille. Ce goût sucré que dégagent les produits, ces effluves caramélisés qui rappellent la vanille,  ne sont en réalité que des molécules synthétisées appelée vanilline.  Mais qu’est-ce que la Vanilline?

De la vanille à la vanilline

La vanilline est la plus importante molécule qui constitue la vanille. C’est en 1920, que cette molécule aromatique fut découverte et fabriquée par synthèse chimique. Elle trouve sa place en parfumerie dès cette année, et il faudra attendre 1930 pour qu’elle investisse le domaine de l’alimentaire.  Elle est employée, au vu de son coût peu onéreux,  comme alternative à la vanille d’origine naturelle.  C’est d’ailleurs le prix excessif, presque insensé de la vanille qui a poussé les industriels et les parfumeurs à se diriger vers cette alternative.

Quid de l’éthyl vanilline

Molécule de synthèse tout comme la vanilline, l’éthyl vanilline a investi notre quotidien. Les produits alimentaires, les produits cosmétiques, les produits d’entretien, en contiennent tous. Bon marché, et dix fois plus puissant que la vanilline, ce dérivé synthétique est de plus en plus employé. Son intensité aromatique est bien plus forte que la vanilline, une petite quantité d’éthyl vanilline suffit à embaumer une grande quantité de produits. De quoi faire fondre aussi bien les coûts d’un arôme, d’un parfum. Aujourd’hui, les laboratoires sont capables de fabriquer la réplique à l’identique de n’importe quelle odeur, et ce, sans aucun danger pour la peau.

Synthétique ou naturelle, la vanille emballe quand même.

Les parfumeurs sous le charme de la vanille

Les plus grands parfumeurs à l’image de Guerlain, Hermès ou encore Le Labo ne lui résistent pas. Aphrodisiaque, sensuelle, déroutante, épicée, mystérieuse et sauvage, la vanille déverse ici et là son essence, comme cherchant à dominer les sillages. Véritable apanage des créateurs de parfum, elle sait se montrer docile et indomptable à la fois. Tantôt elle aura une histoire sage à raconter, tantôt plus rebelle, elle se dévoilera mystique, presque inaccessible. Et si les parfumeurs et les consommateurs s’en engouent encore et toujours, c’est tout simplement parce que la Vanille sait se montrer créative, elle s’adapte, se dévoile, se redécouvre. Elle offre au créateur de parfum l’audace de broder autour d’elle de nouvelles fragrances. Son odeur est certes familière, mais elle renferme 1001 facettes que seul un véritable nez, un ténor du parfum saura la faire évoluer au gré de ses envies, de l’effet recherché.
D’ailleurs, figurez-vous que la vanille se révèle le plus dans les parfums orientaux, plus expressive elle lève son droit au veto.
Dar Al Musc le sait, et c’est pourquoi vous trouverez dans notre boutique moult muscs aux notes vanillées. A l’instar du Golden Sand , qui est un mariage subtil entre le musc blanc, l’ambre et le oud, et des effluves vanillés. Cachottière qu’est cette orchidée…

La vanille vient de loin, de l’autre bout de la terre, et pourtant elle caresse nos nez depuis notre tendre enfance. Fidèle effluve, elle est un souvenir indéfectible, une caresse familière. Nous l’aimons tel qu’il nous est légitime de nous demander si nous serions prédisposer à aimer le parfum de vanille, s’il n’y a pas, dans nos mémoires communes, une attraction  écrite à l’encre indélébile.
En attendant d’élucider ce mystère, Dar Al Musc vous fait voyager en enfance avec le musc Golden Sand.

Ou quand les senteurs d’antan renaissent de leurs cendres…