ambre-gris

L’ambre en parfumerie

L’ambre. Le nom fait rêver autant qu’il porte à confusion. A son évocation,  on ne sait jamais si l’on parle parfum ou bijou. L’ambre gris est une matière très prisée en parfumerie, qui tient son nom de l’arabe “anbar”, qui signifie cachalot. L’ambre jaune, lui, est une pierre qui apporte une touche d’exotisme en bijouterie. Entre parfum et joaillerie, Dar Al Musc lève le voile sur l’ambre aujourd’hui.

Halte aux idées reçues

Si vous êtes de ceux qui croient que l’ambre gris est du vomi de baleine vous serez surpris à l’issue de ce billet. Cette substance aussi mystérieuse que fascinante n’a pas fini de dévoiler ses secrets.

L’ambre gris, vomi de baleine vous avez dit ?l ambre gris

L’ambre gris est une substance causée par une irritation intestinale que les cachalots développent en ingérant des calamars qu’ils ne digèrent pas. Ce sont précisément les becs de ces mollusques qui sont à l’origine de la formation d’une masse, laquelle peut entraîner  une occlusion intestinale. Dans le cas contraire, le cétacé va rejeter ces amas dans la mer qui, à la merci des vents et des marées, s’oxyderont et vieilliront au contact du sel marin et de l’eau. Cette sorte d’excrément conçue à la perfection fascine toujours autant. Son origine peut paraître surprenante. Lorsque l’on sent l’ambre gris, tous les nez  s’accordent à dire que son odeur est “fécale”. Pourtant personne avant Christopher Kemp ne s’était posé la question des véritables origines de l‘ambre gris.

Christopher Kemp et l’ambre gris

Biologiste moléculaire de formation, Christopher Kemp est un américain originaire du Michigan qui s’intéresse à l’ambre gris. Il est difficile de définir à partir de quand, et sur quelle base, l’on a commencé à associer l’ambre gris au vomi de cachalot. D’ailleurs, nombreuses sont les personnes qui continuent à le définir comme tel. Or, aucune preuve réelle ne vient étayer cette thèse, tout comme il n’y existe aucune raison de le croire. Sans doute est-ce plus digeste de croire que l’ambre gris est du vomi de baleine plutôt que de l’excrément. Plus acceptable certes, mais pas véridique du tout ^^. L’ambre gris étant produit par l’intestin postérieur, il y a de fortes chances que la thèse que tout le monde soutenait jusque-là tombe à l’eau. Qu’importe ! Ce qui nous intéresse c’est son parfum ….

A quoi ressemble l’ambre gris ?l ambre gris

Oxydé, vieilli, l’ambre gris n’a pas de forme générique. Tantôt il se présentera en gros bloc, tantôt en petit fragment. Ce qui le rend beau et unique, c’est que chaque petit bout de lui est singulier. On le distingue aisément des autres. Petites pierres foncées ou grands pavés aux pourtours blanchâtres, les chasseurs de ce Graal, le reconnaissent parmi tant des milliers de pierres. L’expérience, la technique, la curiosité et l’amour pour cette substance noble et rare, font de l’ambre gris une matière prisée par les parfumeurs, que les amateurs tentent de leur fournir. Au vu de son prix, on comprend l’engouement des chercheurs. En effet, on a tous eu en mémoire cette histoire extraordinaire du britannique qui, en 2013, au cours d’une balade en bord de mer avec son chien, fit l’étrange découverte d’une grosse pierre ; l’ambre gris. Vendue à plus de 50 000 €, après ça, qui n’aurait pas envie de passer les plages au peigne fin ? ^^

L’ambre en parfumerie

L’ambre est une note exceptionnelle utilisée depuis des millénaires en parfumerie orientale. Et si aujourd’hui l’ambre est constitué d’une association unique entre des baumes précieux des résines et de la vanille, au Moyen-Age, cette substance était uniquement issue des concrétions intestinales des cachalots. Reconnue pour ses vertus aphrodisiaques, la poudre parfumée qui en exhalait après séchage, entrait dans la composition de parfums sensuels et enivrants. L’ambre fait partie des notes majestueuses et essentielles de la parfumerie orientale tant il sait sublimer les parfums. On le retrouve dans de nombreux parfums luxueux auxquels il donne un charme indéniable et de la puissance. Cette odeur est très difficile à reproduire en laboratoire.  Forte et singulière , elle est très recherchée par les parfumeurs.

L’ambre gris, ce mystérieux accord

L’ambre gris est une substance énigmatique, une sorte de superposition de notes, d’odeurs.  Au départ, il est noir, visqueux, collant, un brin goudronneux, malléable et mou. Avec le temps, l’ambre gris durcit, devient résineux, cireux et blanchit ; c’est comme s’il s’était forgé une carapace, qui révèle peu à peu ses notes au fur et à mesure qu’on le hume.

L’ambre gris : des notes et des souvenirs

Son odeur est animale, musquée, des notes lourdes et puissantes, et plus on le sent, plus on s’en approche, et plus les notes florales jaillissent. S’invitent aussi, des notes de tabac blond, on flirte avec la boîte à cigares, les épices orientales, les feuilles mortes, la vanille, le crémeux. Chaque nez imprègne sa mémoire olfactive différemment. Tel est le génie de l’ambre gris ; évoquer des souvenirs totalement opposés mais qui se rejoignent finalement. D’ailleurs, le paradoxe dans cet accord, c’est que depuis des siècles, les gens ont peiné et peinent toujours à définir, à qualifier, l’ambre gris. Aucune étiquette fixe, seuls des qualificatifs communs : animal, fécal, chaud, boisé. D’autres encore y voient l’odeur de l’encens que l’on brûle dans les vieilles églises… Les morceaux de l’ambre gris sont différents, avec des caractéristiques propres à chacun, ce qui rend la description encore plus difficile.

L’ambre gris synthétique

L’ambre gris coûte très cher parce que rare. En effet, seulement 1% des cachalots en produiraient. C’est la raison pour laquelle  l’ambre que l’on retrouve dans les parfums est de l’ambre synthétique. Cet accord reproduit dans les laboratoires permet aux grands parfumeurs d’agrémenter leurs jus de cette note aussi addictive qu’ attractive. Non volatile, cette substance lie les fragrances, les mélange, les harmonise, et les stabilise. L’ambre gris permet au parfum de rester plus longtemps sur la peau de ceux qui le portent.

Krom, Attar Sheikha, Attar Medinah, Mûkhalatt Al Emirates, Body Musk, Dar Al Musc a invité l’ambre dans plusieurs de ses muscs. Qu’attendez-vous donc pour succomber à la beauté et au charme que l’on connaît à la parfumerie orientale ?

 

patchouli

Le patchouli en parfumerie

Essence aux effluves aussi complexes qu’intenses, le patchouli fait partie des chouchous des parfumeurs. C’est indéniable. Longtemps mis de côté, boudé, oublié, son caractère terreux, boisé, camphré et moisi, a très vite resurgi. Tout a (re)commencé le jour où l’engouement pour les parfums orientaux a éclos… Dar Al Musc vous présente le patchouli, cet ingrédient phare de la parfumerie.

Qu’est-ce que le patchouli?

Contrairement à ce que beaucoup pourraient penser, le patchouli n’est ni une plante, ni un bois. Petite feuille verte ou acajou venue tout droit d’Indonésie, le patchouli, une fois séchée, délivre des notes puissantes, envoûtantes.  De son nom latin Pogostemon Patchoulile patchouli tient son nom du tamul “patch”, qui signifie “feuille ” et “ilai”, qui signifie vert.  Cette  plante, dont l’apparence rappelle curieusement la menthe, est originaire de Chine Orientale et d’Inde. Tige ferme et velue, cette plante aux grandes feuilles duveteuses, dévoile toute son essence, seulement une fois séchée. Fraîche, elle ne dégage presque rien. Orné de fleurs blanches contrastées de violet, le patchouli, plante au spectre d’arbuste, est de plus en plus prisé.  Et ce, même après avoir connu une période avortée.

Histoire du patchouli : de la gloire à la déchéance

Le patchouli fait son apparition en Angleterre au début du XIXème siècle. A l’époque Victorienne, les bourgeois s’enorgueillissent de ses effluves envoûtantes. Pots pourris, parfums, le patchouli règne en maître parfait dans les demeures anglaises. Il arrivera en France emmitouflé dans des châles de Cachemire venus d’Inde et d’Indonésie. Les feuilles de patchouli, utilisées pour protéger les étoffes des mites, étaient glissées à l’intérieur des châles. Elles y imprégnèrent leur parfum sensuel et gracieux. Pour le plus grand bonheur de ces dames qui exhibaient fièrement leurs châles.  Parées de charme, elles étaient lovées dans  leurs tissus exotiques aux senteurs sensuelles. Le patchouli était à son apogée. Puis vint la décadence. De symbole de séduction, il devint un symbole de rébellion, quand les hippies s’emparent de lui. L’extravagance de cette période, ses excès, ont fait noyé la réputation de cette essence si riche, si sensuelle. Ces notes capiteuses qui faisaient son charme, sa réputation, l’ont trahi. Pour masquer les odeurs de drogue en tous genres, les hippies de l’époque des années 70, ont eu recours au patchouli. Des feuilles séchées de mauvaise qualité, pour couvrir l’odeur de l’herbe, furent une mauvaise idée. Encanaillé, le patchouli s’évapore peu à peu du marché…. jusqu’à disparaître.

Le patchouli en parfumerie

Addictive, sensuelle, puissante, c’est ainsi que l’on définirait l’odeur du patchouli. Des effluves qui rappellent élégamment la séduction, l’amour. Pour recueillir l’essence du patchouli, les feuilles séchées seront distillées à la vapeur. Son huile essentielle, afin d’être débarrassée de son âcreté, sera épurée durant plusieurs mois. C’est ce que l’on appelle “le coeur du patchouli”. Parfums orientaux, chyprés, boisés,  le patchouli dépose partout ses notes terreuses et camphrées.  Enveloppant, tenace, prenant, le patchouli il n’a jamais autant séduit.

Description olfactive du patchouli

Petite touche de cacao, pomme trop mûre, bouchon de vin, chacun y va de son imagination pour décrire l’odeur du patchouli. Camphrée, humide, presque poussiéreuse, boisée, terreuse, l’odeur du patchouli est aussi intense qu’énigmatique. Difficile de lui coller une étiquette précise, c’est sans doute ce qui fait le charme de l’essence de patchouli.

Utilisation du patchouli

Employé aussi bien dans les parfums pour homme que pour femme, le patchouli est la matière première de la parfumerie par excellence. Charismatique, plein de prestance, il est l’épine dorsale des parfums orientaux. Enjoliveur, le patchouli sait aussi bien se montrer sombre que sensuel, plein de caractère, doux et frais. D’ailleurs, qu’elles soient gourmandes ou florales, le patchouli s’érige en véritable garant d’harmonie, entre les notes de fragrances orientales.

Le patchouli fait inexorablement partie de notre palette olfactive, si bien que Dar Al Musc le met magnifiquement en exergue dans son fameux musc noir. Un grand classique de la parfumerie orientale à la robe douce et boisée. Apprivoisez donc ce caractère dur qu’il s’emploie à montrer, et appréciez à sa juste valeur la douceur que le patchouli garde en secret. Boisé, cuivré, musqué, un brin épicé, le Musc Noir est sans conteste un must musc que nous vous conseillons de tester.

vanilla-flower-542019_640

La vanille en parfumerie

Décriée et chérie, impalpable et adulée, telle est la Vanille. Cette épice originaire d’Amérique Centrale, ne cesse de séduire aussi bien les consommateurs que les créateurs de parfum. Et même si l’on s’emploie à détruire sa réputation, la Vanille demeure une matière première allégorique de la parfumerie. Espiègle, douce, balsamique, épicée, cuirée, la Vanille étonne et séduit encore et toujours. Dar Al Musc vous emmène aux quatre coins du monde, vous conter l’histoire de cette atypique orchidée.

Qu’est-ce que la vanille?

Arrivée il y a plus de 200 ans dans les navires de colons français à Madagascar, la vanille est cette liane verte originaire du Mexique, qui s’enroule autour d’arbres tuteurs. C’est dans cette région, au milieu de l’Océan Indien, que cette plante atypique a été insérée. La vanille est une fleur qui ressemble étrangement à une jonquille verdâtre, elle est cette orchidée vanille, cette fleur tropicale, qui a investi les forêts de Tahiti et de Madagascar. Cultivée en sous-bois, dans les zones tropicales humides,  la fleur de vanille a la particularité d’être hermaphrodite ;  l’organe mâle et femme sont abrités par la même fleur. Les fleurs blanches variées de vert, offrent un fruit mettra 8 à 9 mois pour arriver à maturité.

L’absolue de la vanille : de la gousse à l’extase

Les capsules de vanille, connues communément sous le nom de “gousses”, se présentent sous forme de baguettes fines et noires, quelque peu brillantes.  Afin d’arracher à la vanille tout son arôme, il conviendra de choyer cette épice. Sa culture et sa préparation requièrent de longs mois d’attention. C’est la raison pour laquelle la Vanille constitue l’une des épices les plus onéreuses du monde. Les gousses de Vanille sont ramassées fraîches. Ce n’est qu’après des mois et des mois de séchage, que les capsules révéleront tout leur arôme. Un processus de maturation qui peut avoisiner les 34 mois d’attente après lesquels les cristaux de vanille se forment, et le parfum des gousses se révèle. On extraira au solvant volatil les gousses de vanille, pour donner naissance à l’absolue de vanille. Un procédé qui peut paraître long, mais l’euphorie d’un fruit qui exhale le summum de son arôme, n’en sera que décuplé. Une patience que seuls les amoureux de la Vanille savent faire preuve. 

La production de vanille : l’or brun tant convoité

Aujourd’hui, la plus grosse production de vanille est assurée par l’Indonésie et Madagascar. Les pays malgaches exploitent cet or brun sans savoir que les gousses de Vanille valent 50 fois plus cher en Occident. Et aussi surprenant que cela puisse paraître, la production de la vanille n’est pas destinée aux  habitants de Madagascar, lesquels ne s’y intéressent guère. Si elle n’était par les occidentaux, ils ne trouveraient aucun intérêt à exploiter la vanille. D’ailleurs,  elle ne fait nullement partie de leur culture culinaire. Pour se rendre compte de la place qu’a la vanille dans notre mémoire olfactive, il leur faudrait presque voyager dans le temps, dans notre passé. Un périple imaginaire pour se rendre compte combien elle a marqué notre univers affectif depuis l’enfance. Et alors cette vanille si étrangère leur deviendrait familière. 

De la vanille en veux-tu, en voilà

Arbres magiques pour voitures, confiseries, yaourts, parfums, il nous monte soudain des souvenirs vanillés… S‘il y a bien un parfum qui, en plus de faire l’unanimité, marque les esprits, c’est bien celui de la vanille. Shampoings, gels douches, savons, gâteaux, glaces, eaux de toilette, la vanille est partout. En principe, puisqu’en théorie, il en est autrement. En effet, la vanille est l’arôme le plus utilisé et le plus copié également.  Arôme vanille, goût vanille, vanilline, il y a de quoi en perdre son latin

De la vanille dans l’air

Les pâtisseries industrielles, les confiseries et autres douceurs, ont un parfum de vanille.  Les grandes surfaces en regorgent, et pourtant aucun produit ne contient de la vanille. Ce goût sucré que dégagent les produits, ces effluves caramélisés qui rappellent la vanille,  ne sont en réalité que des molécules synthétisées appelée vanilline.  Mais qu’est-ce que la Vanilline?

De la vanille à la vanilline

La vanilline est la plus importante molécule qui constitue la vanille. C’est en 1920, que cette molécule aromatique fut découverte et fabriquée par synthèse chimique. Elle trouve sa place en parfumerie dès cette année, et il faudra attendre 1930 pour qu’elle investisse le domaine de l’alimentaire.  Elle est employée, au vu de son coût peu onéreux,  comme alternative à la vanille d’origine naturelle.  C’est d’ailleurs le prix excessif, presque insensé de la vanille qui a poussé les industriels et les parfumeurs à se diriger vers cette alternative.

Quid de l’éthyl vanilline

Molécule de synthèse tout comme la vanilline, l’éthyl vanilline a investi notre quotidien. Les produits alimentaires, les produits cosmétiques, les produits d’entretien, en contiennent tous. Bon marché, et dix fois plus puissant que la vanilline, ce dérivé synthétique est de plus en plus employé. Son intensité aromatique est bien plus forte que la vanilline, une petite quantité d’éthyl vanilline suffit à embaumer une grande quantité de produits. De quoi faire fondre aussi bien les coûts d’un arôme, d’un parfum. Aujourd’hui, les laboratoires sont capables de fabriquer la réplique à l’identique de n’importe quelle odeur, et ce, sans aucun danger pour la peau.

Synthétique ou naturelle, la vanille emballe quand même.

Les parfumeurs sous le charme de la vanille

Les plus grands parfumeurs à l’image de Guerlain, Hermès ou encore Le Labo ne lui résistent pas. Aphrodisiaque, sensuelle, déroutante, épicée, mystérieuse et sauvage, la vanille déverse ici et là son essence, comme cherchant à dominer les sillages. Véritable apanage des créateurs de parfum, elle sait se montrer docile et indomptable à la fois. Tantôt elle aura une histoire sage à raconter, tantôt plus rebelle, elle se dévoilera mystique, presque inaccessible. Et si les parfumeurs et les consommateurs s’en engouent encore et toujours, c’est tout simplement parce que la Vanille sait se montrer créative, elle s’adapte, se dévoile, se redécouvre. Elle offre au créateur de parfum l’audace de broder autour d’elle de nouvelles fragrances. Son odeur est certes familière, mais elle renferme 1001 facettes que seul un véritable nez, un ténor du parfum saura la faire évoluer au gré de ses envies, de l’effet recherché.
D’ailleurs, figurez-vous que la vanille se révèle le plus dans les parfums orientaux, plus expressive elle lève son droit au veto.
Dar Al Musc le sait, et c’est pourquoi vous trouverez dans notre boutique moult muscs aux notes vanillées. A l’instar du Golden Sand , qui est un mariage subtil entre le musc blanc, l’ambre et le oud, et des effluves vanillés. Cachottière qu’est cette orchidée…

La vanille vient de loin, de l’autre bout de la terre, et pourtant elle caresse nos nez depuis notre tendre enfance. Fidèle effluve, elle est un souvenir indéfectible, une caresse familière. Nous l’aimons tel qu’il nous est légitime de nous demander si nous serions prédisposer à aimer le parfum de vanille, s’il n’y a pas, dans nos mémoires communes, une attraction  écrite à l’encre indélébile.
En attendant d’élucider ce mystère, Dar Al Musc vous fait voyager en enfance avec le musc Golden Sand.

Ou quand les senteurs d’antan renaissent de leurs cendres…