pink-pepper-1670771_960_720

La baie rose en parfumerie

La baie rose est le fruit du Schinus molle, un arbre originaire d’Amérique du Sud. Connu également sous le nom de “faux poivrier”, il fait partie de la famille des Anacardiacées. Il doit son appellation à ses fruits secs, à l’apparence de petites baies roses rappelant celles du poivre que l’on connaît. Son huile essentielle est utilisée aussi bien en parfumerie qu’en médecine. Découvrez avec nous la baie de rose et ses atouts olfactifs.

 

Le Schinus molle en médecine traditionnelle

 

Faux poivrier, poivrier odorant, peu importe le nom qu’on lui donne, cet arbre était très aimé des Incas, lesquels lui prêtaient de grandes propriétés curatives. Chaque partie du Schinus était employée en médecine traditionnelle. Le suc de l’arbre était utilisé comme collyre pour soigner les maux de l’oeil.  Les baies étaient utilisées en décoction pour soulager les troubles urinaires et de la vessie. Quant à l’écorce, on utilisait son eau de cuisson pour soigner les douleurs aux jambes. Même les feuilles et la résine du Schinus molle étaient utilisées en médecine. Elles étaient réputées pour faciliter la cicatrisation des ulcères et  des plaies. Les rameaux eux, étaient utilisés par les Incas pour soigner leurs problèmes bucco-dentaires. Il n’est d’ailleurs pas rare de voir encore aujourd’hui les herboristes des Andes introduire le Schinus molle dans leur pharmacie.

L’huile essentielle de baies roses

 

L’huile essentielle de baies roses est obtenue par distillation des baies. Ces petits grains que l’on retrouve également dans nos assiettes pour agrémenter les plats, ont de nombreuses propriétés curatives. Antibactérienne, expectorante, tonifiante, chauffante, elle est très prisée des sportifs. Elle permet de soulager les courbatures, les tendinites et les douleurs musculaires et elle prépare les muscles à l’effort. Ses vertus expectorantes en font un excellent expectorant en cas de rhume car elle dégage efficacement les voies respiratoires. En diffusion, l’huile de baies roses est aussi préconisée en cas de baisse de régime, de stress et d’anxiété.

 

La baie rose en parfumerie

Son odeur rehausse les plats, son parfum frais et délicat  est exquis, si bien qu’il a conquis aussi bien les gastronomes que les parfumeurs. Cet arôme épicé intense qui se dégage des baies roses apporte au parfum toute sa force et sa puissance.

Caractéristiques olfactives de la baie rose

 

L’huile essentielle de baies roses est utilisée en parfumerie pour ses notes boisées, douces, fraîches, et épicées. Elle rappelle gracieusement le poivre en toute légèreté. Son parfum intense transporte dans un univers captivant dès la première note. On retrouve cette huile essentielle dans les parfums orientaux, floraux et boisés-épicés. Elle apporte à chaque fragrance une facette bien particulière. Elle peut se faire sensuelle et candide, pétillante et capiteuse, chaude et capiteuse. Son parfum épicé et subtil permet d’équilibrer les jus.  Elle se marie parfaitement avec le Santal, le Pin et le Cèdre, tout comme elle ravive à merveille les notes florales de Jasmin et de Vanille.

 

 

Parfumeries de niche et sélective ont mis à l’honneur les baies roses dans leurs créations.  Dar Al Musc n’a pas dérogé à la règle et les a également invitées dans  ses flacons, car il est difficile de se passer de ses notes épicées et boisées sans s’en éprendre .  Dark Amber et Terra Rossa sont des parfums pétillants et addictifs, où les baies roses délivrent toute leur chaleur et leur sensualité. Conquis par leurs atours ? Qu’attendez-vous donc pour les tester ?

 

boswellia-sacra-1590063_960_720

L’encens en parfumerie

L’encens est le nom donné à cette résine que l’on récolte sur le Boswellia, un arbrisseau typique  de la Corne d’Afrique. Cette sève de couleur blanchâtre que l’on prélève du tronc de l’arbre par incision, dégage une odeur sans pareil. On retrouve cette merveille en Afrique et en Asie. Fumigation, thérapie et parfumerie, zoom sur l’encens et ses propriétés.

Les origines de l’encens

L’encens est une substance résineuse et blanchâtre issue de l’arbuste Boswellia, une espèce de la famille des  Burséracées qui pousse en Somalie, en Inde et dans le sud de l’Arabie. L’encens se présente sous forme de lames blanches et odorantes qui, une fois durci, change de couleur pour libérer une odeur agréable. Il est récolté à la main et séché pour être commercialisé. La qualité de l’encens dépend de sa couleur et son terroir ; le meilleur étant celui d’Oman.

L’encens à brûler

Depuis l’Antiquité, l’encens est brûlé en guise d’offrande aux divinités en Inde et dans d’autres pays. Il était aussi utilisé pour l’embaumement en Egypte.  Il est brûlé sous différentes formes, en bâtonnet, en cône, en grains. Pour se délecter des effluves de l’encens, il est préférable de l’utiliser en grain, car non seulement la fumigation est plus lente et moins nocive, mais en plus il est plus naturel que les autres.

 

Parfumer son intérieur avec de l’encens

L’encens à brûler existe sous différentes formes ; en copeaux, en bâtonnets ou en cônes. Ce parfum est très agréable et on aime beaucoup parfumer nos intérieurs de Oliban. Il est tout de même important de savoir que tous les encens ne se valent pas. Ceux que l’on retrouve sur le marché sont souvent de piètre qualité et très mauvais pour la santé. Ils contiennent des pesticides, sont bourrés de solvants et d’autres produits chimiques. L’encens exhale un parfum qui invite à la méditation, au repos, à l’évasion olfactive. Un foyer où est brûlé l’Oliban est un foyer qui respire la sérénité. Il n’est pas une contrée d’Asie ou d’Afrique, qui n’ait pas goûté aux plaisirs de l’encens…Choisissez-le donc avec soin et précaution.

 

Les propriétés thérapeutiques de l’encens

L’utilisation de l’Oliban s’étend également à la médecine. Anti-inflammatoire, cicatrisant, antifongique, antibactérien, l’encens fait partie des médecines traditionnelles chinoise et indienne.  Cette résine sous forme de grains permet de soigner l’arthrose, l’arthrite, l’asthme, la maladie de Crohn et le cancer. L’encens soulage aussi les douleurs intestinales et articulaires, ainsi que les problèmes respiratoires. Il possède également des propriétés purifiantes et apaisantes pour la peau. L’huile essentielle d’encens, en diffusion, est calmante, déstressante et stimulante. Elle est préconisée en cas d’état dépressif et de tensions nerveuses.

 

L’encens en parfumerie

C’est la note fétiche de la parfumerie de niche. Les plus grands nez en sont complètement amoureux. Indémodable, mystérieux et envoûtant, l’encens est une matière première incontournable. C’est le roi des parfums d’Orient et il est aujourd’hui employé dans la parfumerie occidentale pour rehausser les flacons. On l’aime pour toutes ces facettes qui habillent élégamment les parfums. Il faut dire que l’encens a cette faculté d’apporter à lui seul tout le luxe, le charme, la sensualité, la chaleur, la puissance masculine. Les grands créateurs en usent et en abusent.

 

Impérial, grandiose, vibrant et addictif, l’encens est une note à laquelle l’on s’est attaché cette dernière décennie. Cette résine définitivement orientale incarne la noblesse et l’authenticité avec grâce et finesse. L’Orient est riche en effluves aussi enivrants les uns que les autres. Ses résines sont des sources inépuisables d’inspiration. Dar Al Musc vous invite à un voyage olfactif depuis chez vous, avec Mousafir, Suprême Oud, Safran fruité et Vintage

bois de santal

Le Santal en parfumerie

Le bois de Santal, de son nom latin Santalum album, est un arbre aux feuilles ovales et vertes. Originaire d’Asie, son essence est très utilisée en parfumerie. Mais si les coeurs des parfumeurs en sont épris, c’est surtout pour le coeur doré de son tronc. En effet, nul ne résiste aux notes chaudes, boisées et poudrées du bois de Santal. De l’Indonésie à l’île de Maré, Dar Al Musc vous emmène à la découverte de ce joyau de la parfumerie.

Le bois de Santal

Le bois de Santal fait partie de la famille des Santalacées. Cet arbre qui ne mesure pas plus de dix mètres, pousse principalement en Indonésie et en Inde. Il est appelé avec le cèdre, le bois de rose et le cannelier, bois aromatique, et/ou arbre à parfum. Le Santal n’est pas majestueux dans son apparence, mais le parfum qu’il exhale ne laisse personne indifférent. On le reconnaît à ses feuilles vertes, de forme ovale, et ses petites fleurs jaunes tirant vers le pourpre. Le bois de Santal abrite au sein de son écorce brunâtre, un cœur doré à l’odeur envoûtante. Cet arbre n’est coupé qu’à maturité, lorsqu’il atteint entre 20 et 25 ans. On dit que c’est à cette période que le parfum atteint sa quintessence. Le bois de Santal est un arbre semi-parasite en ce sens qu’il se sert des racines plantes voisines pour se nourrir. Il peut aussi se passer d’elles et s’auto-suffire.

 

Le Santal en parfumerie : de l’or en huile

 

Cosmétologie, parfumerie, aromathérapie, le Santal est une note très recherchée.   De l’or en huile qui se monnaie à plus de 1500 euros le litre. S’il est employé depuis des millénaires dans des rites religieux où il est brûlé lors de crémation,il ne fera son apparition en Europe qu’au Moyen-Âge où il y sera introduit  par les médecins arabes. On le retrouvera notamment dans les pharmacies en Italie autour du XVème siècle. Il rejoindra la parfumerie au XIXème siècle où ses notes chaudes et boisées orneront avec grâce les parfums masculins.

Le souvenir indien

Se rappeler le bois de Santal, c’est faire appel à notre mémoire olfactive et à ce bâtonnet d’encens que l’on a toutes et tous au moins senti une fois dans notre vie. Cette image enfouie faire ressurgir ce souvenir parfumé impérissable. Ce sont d’ailleurs les hippies qui ont rendu célèbre le Santal. Pantalons pattes d’eph’, chemises fleuries et marguerites dans les cheveux, de retour de leur périple népalais, ils emportent avec eux leur souvenir le plus profond  d’Asie. De l’Inde au Népal, là-bas, les rues, les vêtements, les maisons, les personnes ; tous portent le parfum du Santal en eux.  À Paris, c’est le début de la mode de cette note capiteuse et exotique.

Une note unisexe

Le Santal est très souvent associé aux accords masculins. Mais depuis quelques années déjà, la note devient unisexe et rejoint les flacons féminins. Le bois de Santal a cette faculté de renforcer les notes poudrées tout en marquant le parfum de sa note boisée. Il se marie aussi bien avec les notes florales que les notes orientales, fougères ou boisées.

Caractéristiques olfactives du Santal

Le Santal est une note sensuelle, crémeuse, douce, poudrée, boisée, balsamique, lactée, un poil cuirée et un brin animale. S’il est connu pour ne pas être dominant, il est réputé pour être persistant.

De l’excès à la parcimonie

Le bois de Santal est un bois précieux qui pousse essentiellement en Asie. C’est dans un état du Sud de l’Inde, l’état du Karnataka précisément, que l’on trouve l’espèce de santal la plus convoitée. Cette merveille appelée le Santal de Mysore est désormais cultivée sous l’égide du gouvernement indien. En effet, prisé et malmené, le bois de Santal se raréfie à vue d’oeil. Le marché au noir et la surexploitation des forêts, ont poussé les autorités à garder une mainmise sur le commerce du Santal. Un bijou mis sous haute surveillance afin de préserver le peu d’arbres qui restent.

 

Le bois de Santal de l’île de Maré

A chaque découverte d’un trésor, on le croit inépuisable. Alors on en use et on en abuse jusqu’à amenuisement. Ce fut le cas du santal en Inde. Si le Santal de Mysore est rare et onéreux, il est une autre variété de santal qui a le vent en poupe ces dernières années ; celle de l’île de Maré appelée Santalum Austrocaledonicum.

 

Un coup de génie

Il s’appelle Jean Waikedre et est ingénieur en génie des procédés. Diplômé en biochimie, natif de l’île de Maré, il a inventé un système permettant d’augmenter le rendement du précieux bois. En effet, depuis 2010, l’essence de Santal est extraite dans l’usine de santal de Wakuarori dans le district de Guahma. Une extraction réalisée à moins de 30 degrés qui donne une essence de haute qualité en préservant toutes les qualités olfactives du Santal.  Un concept innovant, gardé secret, qui a pour but de préserver le Santal de Maré tout en développant l’activité de l’île. Cette distillerie est le premier fournisseur mondial d’essence de Santal des géants de la cosmétique ainsi que des plus grandes maisons de parfums.

 

 

Le santal de Mysore est menacé d’extinction, celui de Maré est en pleine d’expansion, mais pour combien de temps encore ? La parfumerie de niche se renouvelle et se réinvente, mais elle prend surtout conscience de la valeur des matières premières qu’elle utilise. Elle se préoccupe de plus en plus de la préservation des espèces et de l’environnement. Le bois de Santal est un bijou de la parfumerie qu’il convient de protéger comme la prunelle des yeux.