musc

Le musc en parfumerie

Le musc est une matière première très prisée en parfumerie. Les fragrances orientales ayant conquis depuis quelques années le marché européen,  on retrouve beaucoup cette note olfactive dans les parfumeries sélectives. A l’origine, le musc était extrait des glandes abdominales du chevrotin-porte musc.  Rare, onéreux, et depuis la protection de l’espèce, les parfumeurs se sont tournés vers le musc synthétique. Suave, chaud et animal, zoom sur l’usage du musc en parfumerie.

 

Il était une fois le musc

Si aujourd’hui le musc utilisé en parfumerie est synthétique, il fut une époque où il était  d’origine animale. Autrefois, les hommes avaient découvert que le chevrotin porte-bouc, lors de son rut, dégageait une odeur singulière. C’est ainsi qu’ils aperçurent, nichée dans l’abdomen du chevrotin, une glande contenant un liquide de couleur brun. Ce musc dont ils firent la découverte devint très vite le principal ingrédient de leurs parfums, mais aussi un remède à bien des maladies.

 

Le musc : virilité animale

Le musc ne conserve son aspect liquide que lorsqu’il est maintenu au chaud, sous la peau de l’animal. Dès lors qu’il est extrait de la glande, il sèche. Cet aspect solide fait perdre au musc toute son intensité, toutes ses vertus. Les hommes ayant noté le contraste, ont très vite saisi que pour avoir un liquide brunâtre avec toutes ses propriétés, il fallait tuer l’animal. Ainsi, en récupérant la glande du chevrotin, le musc conservait toute son authenticité. L’odeur animale, chaude, boisée du musc, a très vite conquis les hommes. D’ailleurs, ses vertus aphrodisiaques, ont au fil du temps, fait du musc LA note olfactive de référence. Viril, attrayant, puissant, le musc semblait rendre l’homme plus attirant. Une virilité animale qui perdurera des siècles durant.

 

Le musc synthétique

Le chevrotin porte-musc est désormais une espèce protégée. En voie de disparition, son musc tant convoité, a été remplacé par le musc synthétique. Aujourd’hui, avec l’avancée de la technologie, l’odeur du musc d’origine animale est facilement reconstituable à partir de molécules de synthèse. Les parfumeurs ont su reproduire l’odeur capiteuse, boisée, extrêmement prononcée du musc. Même si le chevrotin est encore exploité au marché noir pour sa glande, se négociant à des prix exorbitants, la qualité n’est pas forcément au rendez-vous. De plus, étant donné son prix excessif, il est plus simple pour les maisons de parfum d’avoir recours au musc synthétique.

Les différents familles de musc synthétique

Le musc de synthèse est toujours fabriqué en laboratoire par de grands groupes. Ces derniers gardent jalousement leurs formules secrètes et innovent toujours afin de créer et recréer des muscs aux longs sillages. Sensualité, chaleur, authenticité, le musc est travaillé avec passion et dans le plus grand respect de l’environnement et de la santé.

 

Il existe par ailleurs plusieurs familles de musc :

  • Les nitro-muscs : appelés aussi les muscs nitrés :  développés à partir de 1888, c’est  la plus ancienne catégorie  des muscs. On compte parmi eux le musc cétone ; un musc à l’odeur animale, poudrée et florale. S’ils ont longtemps été utilisés en parfumerie durant le XXème siècle, ils sont aujourd’hui interdits d’usage par la législation.

 

  • Les muscs polycycliques : ils sont pointés du doigt pour des raisons écologiques. Beaucoup les considèrent dangereux pour l’environnement. Cependant, ils sont toujours utilisés en parfumerie, comme la tonalide ( à l’odeur boisée). On compte aussi  la galaxolide qui dégage une odeur poudrée, de propre, une odeur florale de framboise, de mûre et de violette.

 

  • Les muscs macrocycliques :  ce sont les muscs les plus “clean” aux regards de la législation. Parmi les plus courants, il y a l’habanolide ;  un musc à l’odeur chaude, cireuse, dont les notes rappellent la cire de bougie, ou encore le beurre de cacao. On compte aussi l’exaltolide ; un musc qui doit son nom à sa capacité d’exalter les parfums. Il rappelle aussi bien la mûre, le coton,  que la peau de bébé. Issu de synthèse chimique, on le trouve naturellement dans l’angélique ou la mûre.  Si c’est le fruit d’une synthèse chimique, on en retrouve à l’état naturel dans la mûre ou l’angélique. Il y a également la muscenone, un musc à l’odeur complexe. Il laisse sur la peau un souvenir cotonneux, poudré, doux comme une peau de bébé, avec des rappels de mûre.   

 

Notre peau est constituée naturellement de muscs. C’est sans doute la raison pour laquelle le musc est une note à laquelle tout le monde succombe. Hommes et femmes confondus. La sensualité qu’il dégage, la douceur et le confort, justifient l’engouement qu’il suscite auprès des parfumeurs et du public ces dernières années. Laissez-vous aussi séduire par les notes musquées de nos parfums en boutique. L’hiver est à nos portes, invitez donc la chaleur du musc sur votre peau.

14915006_1694992927495283_1648398657_n

Les parfums d’automne et d’hiver

Le parfum, tout comme le vêtement, se porte différemment selon les saisons. Printemps/été, automne/hiver, à l’instar de la mode, les collections de parfum se succèdent. On ajuste alors ses fragrances avec sa garde-robe : frais et pétillant au printemps et en été, boisé et chaud en automne et en hiver. Dark Amber, Bois d’Ispahan, Kalemat et Sultan, on vous présente  les best sellers de la saison chez Dar Al Musc. Une sélection fine des effluves doux et chauds, pour passer un hiver capiteux.

Un parfum, une saison

Le froid s’est installé, et si l’on est nostalgique des parfums frais et pétillants de l’été, l’automne et l’hiver ont aussi leur charme. Chaleur, exotisme, sensualité, douceur, les parfums des grands froids ne sont pas aussi austères qu’on ne le croit.  Dar Al Musc vous a sélectionné des parfums pour passer un hiver dans la douceur et l’exotisme.

La sélection automne/hiver de Dar Al Musc

Les parfums Dar Al Musc sont mixtes, mais certains parfums séduisent plus les hommes que les femmes, et l’inverse. Pour vous aider à choisir le musc qui vous correspond le mieux, nous avons sélectionné pour vous des parfums qui font l’unanimité.

  • Dark Amber

Ce parfum fait partie de la famille olfactive orientale-boisée. Un accord masculin avec une pyramide olfactive très sensuelle construite autour de la rose et l’ambre gris. On a des notes de tête fruitées, un coeur épicé et boisé et enfin un fond oriental ambré et boisé.

  • Bois d’Ispahan

Le parfum Bois d’Ispahan est un parfum puissant qui conquit de suite au premier abord.  C’est une fragrance boisée composée autour de la Rose Damascena, le Oud et l’Absolu Labdanum. Un musc capiteux et mixte, aux notes orientales/boisées, qui se marient aussi bien aux peaux féminines que masculines.

  • Kalemat

Parfum boisé, Kalemat est inspiré du célèbre parfum Kalimat de chez Arabian Oud. Santal jasmin, iris, cèdre, vanille et musc, ce parfum mixte est doux et sensuel. On aime ses notes florales et cuirées. Un best seller que Dar Al Musc conseille à tous les passionnés de parfums racés.

  • Sultan

Sultan est un parfum qui va aussi bien aux hommes qu’aux femmes. Fragrance de la famille olfactive orientale/boisée, son sillage dure longtemps. Envoûtant, addictif, sensuel et mystique, Sultan séduit par la chaleur qu’il dégage.  On aime ses notes vanillées qui donnent au parfum tout son raffinement et son caractère.  

  • Black Dress

C’est le parfum féminin par excellence. Nul ne résiste aux notes sucrées du musc Black Dress : les notes de réglisse et de cerise griotte créent d’emblée une ambiance gourmande. Réglisse, citron, rose, amande, cerise, violette, vanille, patchouli, muscs blancs, et thé fumé, la pyramide olfactive de Black Dress fait de ce parfum, un parfum aussi sensuel que audacieux.

  • Bella

L’hiver est l’occasion de porter des parfums chauds pour contrebalancer avec le froid de l’extérieur. Bella est la coqueluche des parfums féminins. Délicat, sucré et doux, il apporte chaleur et sensualité. Il fait partie de la famille olfactive orientale-florale et est bâti autour de l’Iris. Un bouquet de notes florales avec la fleur d’Oranger et le Jasmin, embelli par les notes orientales de fève tonka, praline et patchouli.

Dar Al Musc aime les parfums orientaux et ça se voit. Nos flacons sont une invitation au voyage, au dépaysement. Si vous habitez Lyon et ses environs, nous nous ferons un plaisir de vous faire sentir nos parfums.  Et pour ceux qui ne peuvent se déplacer nous vous invitons à passer commande sur notre site ici

téléchargement (6)

La rose en parfumerie

La rose est l’une des matières premières les plus utilisées en parfumerie. Elle incarne la féminité, la sensualité et la douceur, si bien qu’elle met tout le monde d’accord, hommes et femmes confondus. Et pourtant celle pour qui les parfumeurs s’amourachent, avait disparu des paysages grassois.  La rose centifolia renaît de ses cendres et à la demande des grandes maisons de parfum elle est replantée et cultivée à nouveau. Rose de mai ou Centifolia, zoom sur une fleur dont on ne saurait se passer.

Les différentes variétés de roses

Les roses sont des fleurs que l’on trouve partout. Il en existe différentes variétés qui poussent dans le bassin méditerranéen jusqu’aux Balkans ; en Bulgarie plus précisément.  Les parfumeurs ont un faible pour deux d’entre elles, la Centifolia et la Damascena. Nul ne niera que la rose aux cent pétales est celle que tout le monde attend impatiemment en mai,  l’unique mois de cueillette de l’année. Une cueillette ponctuelle qui a lieu près de Grasse et dont le nectar se monnaie à prix d’or. D’ailleurs,  90% de la production mondiale de cette variété de rose est cultivée dans ce pays niché entre les Alpes et la Méditerranée. Une production estimée à plusieurs tonnes de roses que viennent se partager les plus grands parfumeurs du monde.

La rose Damascena

La rose Damascena, autrement dit de Damas, est une rose qui est cultivée principalement en Bulgarie, au Maroc et en Turquie. Originaire de Syrie, cette fleur est la variété la plus répandue dans le monde pour son usage dans la parfumerie. On rapporte que la rose Damascena fut importée durant le treizième siècle par les Croisades. A l’instar de la rose Centifolia, l’environnement dans lequel est cultivée la rose jouera un rôle important dans le rendu de son parfum. Suivant son terroir, elle sera tantôt citronnée, tantôt épicée, tantôt fruitée.

La rose Centifolia, reine parmi les reines

Des roses il y en partout. Oui, mais voilà, des roses comme en fait à Grasse il n’y en a pas deux comme celles-là ! La rose centifolia que l’on retrouve dans le pays grassois est spéciale, unique. Appelée également rose de mai, mois où elle est récoltée, elle est puissante et délicate. D’ailleurs, on dit d’elle qu’elle est la rose d’excellence de la parfumerie. Une réputation justifiée qui a amené les grands parfumeurs à la convoiter. En effet, la rose Centifolia est la rose qui a le meilleur rendu olfactif, et ce que ce soit aussi bien dans la fabrication de concrète de rose que dans celle de l’eau de rose.

Les secrets de la cueillette de la rose Centifolia

La rose de Mai ne fleurit qu’une fois par an et le spectacle olfactif est toujours le même :  son parfum embaume toute la région de Grasse pendant cette période de l’année. La rose Centifolia, parce qu’exceptionnelle, se cueille le matin, dès que les premiers rayons de soleil font leur apparition.  C’est ainsi que l’on procède si  l’on veut que la rose nous toute cette  fraîcheur, tout ce parfum qu’elle a en elle. Les cueilleurs qui sont là pour l’occasion, prennent soin de ne cueillir que les roses ouvertes. Le geste est répétitif mais précis. Il ne faut pas être brusque afin de ne pas malmener la rose. De manière franche, on va donner un petit coup de main, sans tirer sur la rose. Il faut saisir la rose de la main par le pédoncule, la tourner,  et mettre un léger coup de poignet, en veillant à ne pas casser les boutons qui sont autour. La vue du pistil, indique que la fleur est prête à être cueillie.

La rose de Mai : véritable produit du terroir

Le parfum  si particulier, si complexe, si captivant de la rose de Mai provient du terroir. Tout un ensemble de facteurs viennent influer sur la qualité de la rose. Climat tempéré  à la fois humide, influences de part et d’autre de la mer et de la montagne, atmosphère saline, tous sont autant de critères qui vont apporter à la rose Centifolia tout sa particularité.  Le parfum de la rose a l’avantage de pouvoir se marier avec beaucoup de produits. C’est un produit précieux, très cher, qui  est employé dans divers produits cosmétiques.

Les différents procédés d’extractions de la rose

Il existe trois grandes techniques d’extractions de la rose. C’est le procédé d’extraction de la rose qui va déterminer son intensité.

  • La technique de macération à chaud : on obtient de l’infusion de rose, délicate et transparente.
  • La distillation à la vapeur d’eau : on obtient l’essence de rose qui est fraîche et fusante.
  • L’extraction au solvant volatil : on obtient l’absolue de rose qui est plus chargée d’émotions, plus complexe, plus opulente.

Les cueilleurs se languissent de récolter la rose si bien que chaque année le mois de mai rime avec euphorie. Explosive, intense, la cueillette se veut généreuse à l’image de toute cette patience, tout ce travail que l’on a réalisé l’hiver. Petit bijou végétal, la rose éblouit encore et toujours. Nul ne saurait la détrôner tant elle possède de multiples atours. Découvrez-la dans nos fragrances douces et sensuelles , telles que Musk Rose, Musc Ward Taifi ou le Vanillia Rose.