bois de santal

Le Santal en parfumerie

Le bois de Santal, de son nom latin Santalum album, est un arbre aux feuilles ovales et vertes. Originaire d’Asie, son essence est très utilisée en parfumerie. Mais si les coeurs des parfumeurs en sont épris, c’est surtout pour le coeur doré de son tronc. En effet, nul ne résiste aux notes chaudes, boisées et poudrées du bois de Santal. De l’Indonésie à l’île de Maré, Dar Al Musc vous emmène à la découverte de ce joyau de la parfumerie.

Le bois de Santal

Le bois de Santal fait partie de la famille des Santalacées. Cet arbre qui ne mesure pas plus de dix mètres, pousse principalement en Indonésie et en Inde. Il est appelé avec le cèdre, le bois de rose et le cannelier, bois aromatique, et/ou arbre à parfum. Le Santal n’est pas majestueux dans son apparence, mais le parfum qu’il exhale ne laisse personne indifférent. On le reconnaît à ses feuilles vertes, de forme ovale, et ses petites fleurs jaunes tirant vers le pourpre. Le bois de Santal abrite au sein de son écorce brunâtre, un cœur doré à l’odeur envoûtante. Cet arbre n’est coupé qu’à maturité, lorsqu’il atteint entre 20 et 25 ans. On dit que c’est à cette période que le parfum atteint sa quintessence. Le bois de Santal est un arbre semi-parasite en ce sens qu’il se sert des racines plantes voisines pour se nourrir. Il peut aussi se passer d’elles et s’auto-suffire.

 

Le Santal en parfumerie : de l’or en huile

 

Cosmétologie, parfumerie, aromathérapie, le Santal est une note très recherchée.   De l’or en huile qui se monnaie à plus de 1500 euros le litre. S’il est employé depuis des millénaires dans des rites religieux où il est brûlé lors de crémation,il ne fera son apparition en Europe qu’au Moyen-Âge où il y sera introduit  par les médecins arabes. On le retrouvera notamment dans les pharmacies en Italie autour du XVème siècle. Il rejoindra la parfumerie au XIXème siècle où ses notes chaudes et boisées orneront avec grâce les parfums masculins.

Le souvenir indien

Se rappeler le bois de Santal, c’est faire appel à notre mémoire olfactive et à ce bâtonnet d’encens que l’on a toutes et tous au moins senti une fois dans notre vie. Cette image enfouie faire ressurgir ce souvenir parfumé impérissable. Ce sont d’ailleurs les hippies qui ont rendu célèbre le Santal. Pantalons pattes d’eph’, chemises fleuries et marguerites dans les cheveux, de retour de leur périple népalais, ils emportent avec eux leur souvenir le plus profond  d’Asie. De l’Inde au Népal, là-bas, les rues, les vêtements, les maisons, les personnes ; tous portent le parfum du Santal en eux.  À Paris, c’est le début de la mode de cette note capiteuse et exotique.

Une note unisexe

Le Santal est très souvent associé aux accords masculins. Mais depuis quelques années déjà, la note devient unisexe et rejoint les flacons féminins. Le bois de Santal a cette faculté de renforcer les notes poudrées tout en marquant le parfum de sa note boisée. Il se marie aussi bien avec les notes florales que les notes orientales, fougères ou boisées.

Caractéristiques olfactives du Santal

Le Santal est une note sensuelle, crémeuse, douce, poudrée, boisée, balsamique, lactée, un poil cuirée et un brin animale. S’il est connu pour ne pas être dominant, il est réputé pour être persistant.

De l’excès à la parcimonie

Le bois de Santal est un bois précieux qui pousse essentiellement en Asie. C’est dans un état du Sud de l’Inde, l’état du Karnataka précisément, que l’on trouve l’espèce de santal la plus convoitée. Cette merveille appelée le Santal de Mysore est désormais cultivée sous l’égide du gouvernement indien. En effet, prisé et malmené, le bois de Santal se raréfie à vue d’oeil. Le marché au noir et la surexploitation des forêts, ont poussé les autorités à garder une mainmise sur le commerce du Santal. Un bijou mis sous haute surveillance afin de préserver le peu d’arbres qui restent.

 

Le bois de Santal de l’île de Maré

A chaque découverte d’un trésor, on le croit inépuisable. Alors on en use et on en abuse jusqu’à amenuisement. Ce fut le cas du santal en Inde. Si le Santal de Mysore est rare et onéreux, il est une autre variété de santal qui a le vent en poupe ces dernières années ; celle de l’île de Maré appelée Santalum Austrocaledonicum.

 

Un coup de génie

Il s’appelle Jean Waikedre et est ingénieur en génie des procédés. Diplômé en biochimie, natif de l’île de Maré, il a inventé un système permettant d’augmenter le rendement du précieux bois. En effet, depuis 2010, l’essence de Santal est extraite dans l’usine de santal de Wakuarori dans le district de Guahma. Une extraction réalisée à moins de 30 degrés qui donne une essence de haute qualité en préservant toutes les qualités olfactives du Santal.  Un concept innovant, gardé secret, qui a pour but de préserver le Santal de Maré tout en développant l’activité de l’île. Cette distillerie est le premier fournisseur mondial d’essence de Santal des géants de la cosmétique ainsi que des plus grandes maisons de parfums.

 

 

Le santal de Mysore est menacé d’extinction, celui de Maré est en pleine d’expansion, mais pour combien de temps encore ? La parfumerie de niche se renouvelle et se réinvente, mais elle prend surtout conscience de la valeur des matières premières qu’elle utilise. Elle se préoccupe de plus en plus de la préservation des espèces et de l’environnement. Le bois de Santal est un bijou de la parfumerie qu’il convient de protéger comme la prunelle des yeux.

Les hespéridés en parfumerie

Les hespéridés en parfumerie

Les hespéridés sont des parfums aux notes d’agrumes. Appréciés pour leur légèreté et leur fraîcheur, on les retrouve aussi bien dans les eaux de toilette que dans les produits d’hygiène. Bergamote, citron, orange ou mandarine, Dar Al Musc lève le voile sur la plus ancienne famille olfactive.

Qu’est-ce qu’une note hespéridée ?

Les hespéridés désignent une des sept familles olfactives que compte la parfumerie. C’est la famille des agrumes dans laquelle on compte entre autres l’orange, le citron, le pamplemousse, la bergamote, la mandarine, la limette, le petit-grain, le kumquat. Obtenues à partir des huiles essentielles extraites des zestes de ces agrumes, les notes hespéridées sont fraîches, pétillantes et toniques. Utilisée dans les eaux de Cologne depuis le XIX, la famille hespéridée est la plus ancienne famille olfactive.

On retrouve aujourd’hui dans cette famille les eaux corporelles, les eaux de soin, les eaux fraîches ; tous les parfums qui ont cette dominante d’énergie, de fraîcheur, de tonicité.

Les notes hespéridées : volatiles fraîches et légères

Les notes hespéridées sont légères et volatiles. Elles ne restent pas longtemps sur la peau, et pour que le parfum tienne, on les associe à d’autres notes. Fleurs, épices, aromates, notes de bois, muscs blancs, ces accords associés aux notes hespéridées, vont apporter un côté plus souple, plus moderne, voire plus doux au parfum. On trouvera des notes florales en notes de coeur et des notes chyprées, boisées, voire musquées, en notes de fond.

Les hespéridés et les saisons

Les parfums hespéridés se portent le plus souvent en été, voire dès l’arrivée des beaux jours, où la fraîcheur des notes vient équilibrer la chaleur estivale. Cependant, ce n’est pas une vérité générale, puisqu’ils se portent tout aussi bien en hiver, saison durant laquelle ils apportent un coup de fouet, un effet dynamisant, stimulant, euphorisant. Un rayon de soleil, du pep’s,  dans cet hiver où le temps gris ronge le moral. Peu importe la saison, les notes hespéridées sont attachantes, captivantes, si bien qu’elles ne laissent personne indifférent.

Les notes hespéridées en revue

Chaque note est différente et apporte sa touche personnelle au parfum. On a longtemps connu les mêmes notes, comme par peur d’innover. Orange, citron, pamplemousse, ou bergamote, étaient celles que l’on utilisait le plus. Aujourd’hui la donne a changé, et la parfumerie assoiffée de renouveau, s’est laissée tenter par l’exotisme de la mandarine, ou plus récemment du yuzu et du kumquat. Les notes hespéridées étant nombreuses, passons en revue les plus grandes et les plus utilisées.

Le citron : Zestée, fraîche, énergisante, éclatante, tonifiante, acidulée et typique, l’huile essentielle de citron est très employée en parfumerie, notamment dans les eaux de Cologne masculines, les parfums floraux et les eaux fraîches.

La bergamote : C‘est une note qui est plus complexe que le citron, avec des facettes florales nous rappelant étrangement la lavande. La bergamote est d’ailleurs l’agrume que l’on utilise le plus dans les parfums. Chaude, sensuelle, et raffinée, elle est LA note hespéridée de la parfumerie par excellence. Et si les parfumeurs l’apprécient, c’est parce que la bergamote a des propriétés fixatives, amalgamantes, hors pair. En effet, l’essence de bergamote assemble les arômes, les conjugue, pour ne produire qu’un seul et unique bouquet, en prenant soin de laisser chacun d’entre eux  exprimer sa singularité.

Le petit-grain : C’est une note aux multiples facettes. Pétillante, aromatique, boisée, florale, aromatique, verte, douce et amère à la fois, l’essence de petit-grain est  obtenue par distillation des feuilles et des branches de l’oranger bigarade appelé aussi oranger amer. On utilise son huile essentielle extraite des branches et des feuilles de l’oranger amer. Elle est aussi douce que le fleur d’oranger, et est un composant incontournable des eaux de Cologne et des produits pour bébés. 

Le pamplemousse : Amer, acidulé, typique, frais, sucré et éclatant, le pamplemousse est une note très utilisée dans les eaux de Cologne. L’essence de pamplemousse est si pétillante qu’elle apporte au parfum une fraîcheur inouïe.

Le yuzu : Moins connu, cet agrume aux allures de petit pamplemousse pousse en Asie.  Le yuzu est une note très prisée en parfumerie fine. Sensuel, frais, pétillant, poudré, séducteur, sucré et subtil, ses notes changeantes sont apaisantes et réconfortantes. Cet agrume venu de Chine a une odeur proche du citron vert et de la mandarine.

Le kumquat : c’est une sorte de toute petite mandarine que l’on peut manger même avec sa peau. Le kumquat, tout comme le yuzu, est utilisé en parfumerie fine. Ce “petit agrume d’or” comme il est surnommé, est très apprécié pour son odeur suave et acidulée.

Le cédrat : cet agrume de grande taille n’a aucun lien avec le cèdre. D’ailleurs, le cédrat n’a absolument pas une odeur boisée. Il pousse aux Antilles et dans les régions méditerranéennes. Le cédrat est une note exceptionnelle qui possède plusieurs facettes. Pétillant, naturel, piquant, élégant, espiègle, réconfortant, il apporte une véritable touche de fraîcheur au parfum. Ses vertus énergisantes font d’ailleurs de lui un agrume très prisé des fragrances d’été.

Krom de chez Dar Al Musc

L’hespéridé est une note appréciée de tous, c’est pourquoi il compose nombre de nos parfums. Krom en est presque  l’ambassadeur attitré. On a tous en souvenir l’odeur du fameux Chrome d’Azzaro, un parfum qui a su traverser les années de par son côté pétillant, sa fraîcheur. Réconfortant, attachant, doux, tendance, le musc Krom est un parfum qui promet vigueur et évasion. Sa pyramide olfactive est une cascade de douceur. Elle renferme des notes d’agrumes, vertes et aquatiques, ainsi que des muscs blancs en notes de tête On a un fond boisé-thé avec les notes de santal, de bois précieux, d’ambre et de maté. Racé, il n’a rien à envier au célèbre Chrome.

Les notes hespéridées n’ont plus de secret pour vous. Avec les beaux jours qui arrivent, rien de tel qu’un parfum qui pétille. Si vous êtes fans de jus frais et légers, Dar Al Musc regorge de parfums hespéridés. D’ailleurs,  le musc Krom n’attend plus que vous…

dar al musc noir

Nouvelles créations

Créer des flagrances aux sillages qui durent et perdurent, introduire des notes aussi originales que envoûtantes, c’est la mission que s’est donnée Dar Al Musc dans ces nouvelles créations, tout comme dans les précédentes. Surprises, allégresse, exotisme et finesse, découvrez sans plus tarder le fruit d’un travail de longue haleine.

De l’étal à la toile

Si l’on nous avait dit il y a quelques années en arrière, que Dar Al Musc serait ce qu’elle est aujourd’hui, avec sa boutique en ligne et ses propres fragrances, nous n’y aurions pas cru. L’aventure Dar Al Musc a débuté en 2012 où, auprès de nos proches et à la sortie des mosquées, nos petits flacons de musc nous montrions, nous étalions. Premières approches avec les clients, premiers échanges avec les amoureux du musc. C’est de cette passion pour le parfum,  pour les effluves, qu’est née notre envie d’en savoir plus, de créer ce que notre mémoire olfactive avait acquis au fur et à mesure du temps. Ainsi, du souvenir au labo, Dar Al Musc, boutique en ligne, naquit en 2014 …

Inspiration des plus grands

L’univers de la parfumerie est un monde à part, un endroit privilégié qui ouvre bien des horizons. Inspirés, motivés, galvanisés par l’idée de pouvoir jouer avec les notes et créer des parfums, nous avons de suite saisi qu’il fallait s’entourer de ténors du jus pour concrétiser nos souhaits. C’est ainsi que nous puisons notre inspiration dans les plus grandes maisons de parfum, qu’elles soient orientales ou occidentales ; l’essentiel est que le savoir-faire soit au rendez-vous.  Pour la création de notre collection privée et de nos parfums en général, nous avons collaboré avec de grands créateurs-parfumeurs Grassois. D’ailleurs, qui mieux que ces nez fins, ces grands familiers d’effluves, pour nous initier, nous accompagner, nous aiguiller?  

Une nouvelle collection jalousement préparée

Imaginer un parfum, faire passer une émotion à travers le jus, est ce qui nous pousse chaque jour à être créatif. On ne peut tout de même se limiter à créer un parfum, à mélanger des effluves, à marier des notes, si au final l’odeur est éphèmère. Nos nouvelles créations ont pris 6 longs mois. Six mois durant lesquels nous avons travaillé à l’élaboration de parfums aux longs sillages, qui envoûtent aussi bien qu’ils perdurent. Et pour ce faire, nous avons mis un point d’honneur à ne sélectionner que les meilleures essences, les meilleures matières premières, la crème des crèmes de la parfumerie, le meilleur savoir-faire. Le résultat est au rendez-vous ; on ne badine pas avec les promesses.

Votre satisfaction, notre inspiration

Le Musc Tahara, le Body Musk, le Musc Emirates, le Bois d’Ispahan, le Silver Oud ou encore le Musc Krom ; des créations qui sont nôtres, inspirés de votre amour du parfum. Épris tout comme vous, par les essences, les effluves, les pyramides olfactives qui composent nos parfums, sont aussi éclectiques que nous le sommes tous. Vétiver, cardamone, safran, patchouli, musc, oud et rose : boisées, cuirées, fruitées, ou ambrées, nos fragrances trouvent écho chez chacun d’entre nous.

Mûrir, évoluer, écouter, apprendre ; Dar Al Musc sait pertinemment que rien n’est jamais acquis, que l’on peut encore et toujours s’améliorer. Des parfums qui ne se contentent pas de sentir bon, mais qui vous accompagnent sur la durée, voilà la mission que nous nous sommes donnés. Pourvu que vous en soyez satisfaits …