Vétiver

L’usage du Vétiver en parfumerie

Aujourd’hui, Dar Al Musc vous emmène à Haïti, sur l’île de Java ou l’île de la Réunion, pour découvrir le vétiver ; cette plante singulière aux effluves boisés.
Matière presque vitale pour tout parfumeur passionné, voyons comment en quelques années seulement l’huile essentielle de Vétiver est devenue tant convoitée.

Le vétiver, cet effluve tant désiré

Plante sauvage, atypique, à l’allure touffue, le vétiver fait la richesse et la fierté des agriculteurs de Haïti. Et même si elle demeure encore trop souvent inconnu du grand public, la racine de Vétiver est convoitée pour l’huile essentielle qu’elle renferme.
Il n’est pas un parfumeur digne de ce nom, créateur de parfumerie confidentielle, qui ne flirte pas avec les effluves boisés du Vétiver.
Les parfumeurs ne sont d’ailleurs pas les seuls à montrer de l’intérêt pour le vétiver.
Les scientifiques continuent, aujourd’hui encore, à l’étudier, le disséquer, allant même jusqu’à le qualifier de “plante-miracle”.

Les différentes variétés de Vétiver

Il existe plusieurs variétés de racines de vétiver, celles que l’on utilise en parfumerie sont aux nombre de trois: il y a le vétiver de Java, de Bourbon et de Haïti.
Le dernier étant le plus apprécié. D’ailleurs Haïti est le plus gros producteur de Vétiver au monde. Tout comme on se laisse dire que son vétiver est le meilleur au monde.
D’autres diront que c’est le vétiver Bourbon , enfin, chacun arguant que le sien est le meilleur, encore une histoire de goût et de couleurs^^.
Le vétiver de Java est réputé pour son odeur plus fumée que les autres.
En général, le vétiver est une matière première riche dont les senteurs rappellent délicieusement l’amande fumée ou encore la cacahuète grillée…
Une bouffée d’exotisme qui lui a très vite permis de s’imposer en parfumerie.

L’huile essentielle de vétiver

On pense souvent à tord que c’est la plante que l’on utilise en parfumerie, or ce qui nous intéresse dans le vétiver, ce sont avant tout ses racines.
Racines, desquelles sont extraites, après distillation, cette huile essentielle si généreuse, à l’aspect épais et résineux et qui fait partie de la famille olfactive des boisés..
Très employée en parfumerie, l’essence de vétiver a de multiples facettes : aromatique, subtile, boisée, épicée, végétale, riche, verte, un brin fumée.
Ses atouts lui valent l’honneur d’habiller les parfums masculins, désertant ainsi les parfums pour femme.

Quand le vétiver investit la parfumerie

C’est en 1959, lorsque le parfumeur Guerlain crée le parfum masculin au nom de Vétiver, que le vétiver sort de terre. C’est le début de la vétiver mania, s’ensuivront plusieurs jus de ce nom. Fréderic Malle ira jusqu’à élaborer un procédé d’extraction permettant d’utiliser l’essence en concentrations élevées, tout en isolant, en tempérant les notes camphrées.
On retrouve désormais de nombreux parfums éponymes, le plus connu étant le fameux Vétiver de Guerlain.

Le vétiver dans les parfums féminins

Les facettes terreuses du vétiver ont longtemps renvoyer une image masculine du vétiver.
Le vétiver est un grand classique de la parfumerie, il est au parfum masculin ce qu’est le costume à l’homme…
Mais cette époque semble quelque peu révolue, et l’usage du vétiver s’est étendu à la parfumerie féminine. En effet, aujourd’hui, l’huile essentielle de Vétiver est distillée, et même raffinée afin de l’épurer de tout ce caractère terreux qui lui collait à la peau.
La voilà plus présente dans un plus grand nombre de parfum, pour le bonheur de ces dames!

Grâce aux marques de niche, l’usage du Vétiver s’est un peu plus vulgarisé aussi bien pour les parfums masculins que féminins. Une tendance à laquelle nous adhérons volontiers.
Hogo, Intense, Kartier, Kalimat, Dar Al Musc habille également ses plus grands muscs de Vétiver.
Parce que vous offrir des jus aux sillages les plus longs et les plus habillés est notre passion, invitez donc le Vétiver à vous parer de classe cet hiver.

Grasse

Grasse la capitale du parfum.

Grasse
Comment ne pas évoquer cette ville des Alpes-Maritimes où sont cultivées fleurs parfumées et plantes aromatiques ?
Qui osera dire qu’il n’a jamais entendu ouir de Grasse la convoitée ?
Dar Al Muc vous entraine dans une épopée enchanteresse, là où prennent vie les fragrances au beau milieu des amoureux de parfums en détresse.

Grasse: de la tannerie à la parfumerie

L’odeur parfumée du bouleau est utilisée depuis le Moyen-Age.
C’est une des plus vieilles matières premières de la parfumerie française.
Ce n’est pas un hasard si son odeur nous fait penser au cuir. En effet, Grasse n’était au départ qu’une ville de tanneurs, son activité première était centrée sur le travail du cuir.
La parfumerie est venue après, lorsque l’on cherchait à faire disparaître l’odeur aussi forte que tenace du cuir.
L’on imbibait alors les gants des travailleuses du cuir, de parfum que les pharmaciens fabriquaient.
C’est ainsi que Grasse, la ville du Parfum, est née.

Grasse: capitale mondiale du parfum

Grasse voit perpétrer l’art du parfum dans son giron.
Et même si l’on sait que celui-ci puise ses racines en Egypte Antique, l’art du parfum fait désormais partie de l’apanage français.
Capitale de la parfumerie par excellence, véritable rendez-vous des plus grandes maisons de Parfum, Grasse de par ses jardins aux odeurs exquises, est l’eldorado pour les nez fins où leur répertoire olfactif s’aiguise.
Quiconque veut créer un parfum aux effluves teintées de Jasmin ou de Rose, sait qu’un voyage à Grasse s’impose !

Une richesse florale sans pareil

Les illustres champs de fleurs de Grasse ne sont plus si nombreux.
Qu’à cela ne tienne !
Ils demeurent pour les nez, ce patrimoine unique parsemé de fleurs, dont on ne trouve nulle part ailleurs d’égal.
On pense à la Tubéreuse, à la Rose de mai, au Jasmin ou la fleur d’Oranger, que les grandes maisons de parfum viennent s’arracher, une fois qu’elles ont été cueillies avec amour, passion et dextérité.
Chaque fleur est jalousement déposée dans le panier de la cueilleuse, comme pour lui signifier que sa vie se verra prolonger, à travers son odeur qu’elle laissera tantôt dans l’usine, tantôt dans le flacon.
Elle envoûtera hommes et femmes, des cous aux poignets, de par son parfum inégalé.

Grasse et ses fleurs sont bien plus qu’un patrimoine culturel, elles sont une véritable ôde à l’authentique.
C’est pour cela qu’elle est, pour Dar Al Musc, une inspiration qui reflète notre identité olfactive.
De Grasse à votre musc, il n’y a qu’une goutte.

image

Perdre ses mots

Il en est qui admiratifs, passent des heures devant un tableau, et d’autres qui perdent leur latin devant un simple ruisseau. Les amoureux du parfum eux, arrivent encore et toujours à s’émerveiller, devant une pétale étreinte, dès l’aube, par la rosée. Des émotions il en pleut à son simple toucher, lorsque que des mots viennent se mêler aux sentiments, le nez inhale aussi bien les odeurs, qu’il aime une à une les nommer. Un don que très peu manie, mais que Dar Al Musc tentera de vous étayer.
Quand perdre ses mots au contact d’un effluve, laisse le cœur retourné…

Décrire un parfum

Le scénario est souvent le même en parfumerie. On vous tend ce papier buvard immaculé, imbibé de parfum que vous avez gentiment demandé d’humer. Et là, comment dire, quelque chose de spécial se produit.
Le cœur s’emballe, le nez s’émoustille, on aime c’est sûr, mais… Comment exprimer cette sensation que l’on ressent?
Le vocabulaire est limité, le plus souvent on se contente d’un “j’aime beaucoup”, “c’est frais”… Ceux qui ne sont pas séduits aiment rétorquer par le fameux “non, c’est trop fort”. Mais quel est le véritable vocabulaire à employer pour dessiner ses impressions?

Une histoire de sentiments

S’il est aisé de décrire une personne, un objet, un paysage, mettre des mots sur ce que les effluves nous évoquent est beaucoup plus délicat. Et pourtant, on vous assure que les mots sont là, on les sent, on aimerait tellement dire ce que l’on éprouve, ce que le parfum nous évoque. Mais…. Silence radio. Il n’y a point de gêne à avoir, ceci est tout à fait normal.
Et ce, d’autant plus que les perceptions, les ressentis, diffèrent d’une personne à une autre. L’épris du boisé ne sera peut-être pas conquis par les mêmes effluves que l’amoureux du sucré. A chacun son parfum, à chacun son nez.
Il se murmure même, que le vécu d’une personne, ses souvenirs enfouis au plus profond de son être, rejaillissent au simple contact d’une fragrance.

Vocables autour du parfum

On ne devient pas nez au bout de quelques articles. Néanmoins, Dar Al Musc tentera de vous donner quelques mots, quelques qualificatifs pour étoffer votre vocabulaire olfactif.
On dira d’un parfum qu’il est classe, lorsque celui-ci nous inspirera raffinement, et nous dirons qu’il est capiteux, lorsqu’il éveillera nos sens. Le parfum délicat se distingue par des notes discrètes, légères pour ne pas dire abstraites. Elles sont présentes, mais semblent effacées. Le jus empreint d’élégance, de charisme sera qualifié de distingué. L’enveloppant lui, désignera le jus qui inspire le réconfort que ses notes douces transportent.
Lorsque le parfum ravive des souvenirs, il est évocateur.
Le doux est ce parfum qu’il nous rappelle la candeur, la pudeur. Une douceur qui émane de ses effluves sucrés.

Audacieux aux notes téméraires, attirant aux allures de mystère, peu importe la facette qui se cache en vous, il y a toujours un parfum pour qualifier ce qui sommeille en chacun de nous. Sucrés, boisés, ou ambrés, Dar Al Musc a les effluves pour faire parler vos sens. Qu’importe ceux qui nous inspirent, pourvu que l’on ait atteint la quintessence.
Mettre des mots à votre musc, c’est aussi ça notre mission.